Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 26 Avril 2018

Yémen: Le gouvernement soutenu par l'Arabie saoudite revient à Aden

Le Premier ministre yéménite Ahmed Obeid bin Daghr est rentré chez lui à Aden jeudi avec un certain nombre de ministres, afin de diriger le pays depuis cette ville méridionale qui joue le rôle de capitale temporaire du pays.
M. Daghr avait quitté Aden il y a deux mois pour Riyad, la capitale d'Arabie saoudite, suite aux combats entre ses forces et les unités militaires alliées au Conseil de transition du Sud (STC).
"Le gouvernement est revenu à Aden après avoir reçu des garanties de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, qui sera responsable de sa protection. Les désaccords avec le STC ont également été résolus", a déclaré un responsable local à Xinhua.
En janvier dernier, les forces loyales au STC ont en effet pris le contrôle de la ville portuaire d'Aden, où se trouvent notamment le Palais présidentiel et le siège du gouvernement, au terme de deux jours de combats qui ont fait 38 morts et des dizaines de blessés.
Le STC et le gouvernement soutenu par l'Arabie saoudite ont été alliés pendant les trois années de guerre civile contre les rebelles houthistes dans le nord du pays, soutenus par l'Iran.
Des tensions sont cependant apparues entre les deux parties à propos du contrôle de la partie méridionale du pays, des différends qui risquent de nuire à la capacité de la coalition à restreindre l'influence de l'Iran au Yémen.
Le gouvernement yéménite soutenu par une coalition militaire arabe dirigée par l'Arabie saoudite, combat depuis trois ans les rebelles chiites houthistes afin de reprendre le contrôle du pays.
La coalition a initié une campagne de frappes aériennes en mars 2015, pour tenter de repousser les houthistes et de remettre au pouvoir le président exilé Abd-Rabbo Mansour Hadi et son gouvernement.
Des statistiques de l'ONU révèlent que plus de 10.000 personnes, principalement des civils, ont été tuées dès le début de l'intervention de la coalition au Yémen. Plus de trois millions de personnes ont également été déplacées.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-Pétrole: Mékidèche appelle à la prudence face à la hausse des prix et à la poursuite des réformes

    Selon l’expert, « les variations actuelles à la hausse que l’on observe obéissent aux éléments de conjoncture, y compris géopolitiques. Pour le temps long, il faudra revenir aux fondamentaux de l’économie mondiale ».

France: Vincent Bolloré mis en examen, annonce son groupe

  Vincent Bolloré a été mis en examen mercredi, sans contrôle judiciaire, dans l’enquête sur l’obtention de concessions en Afrique, a annoncé son groupe dans un communiqué.

Un vaccin indisponible dans un centre médical d’Alger, à quelques kilomètres du point d’approvisionnement

  Le ministre de la Santé a déclaré, lors de son passage devant le Conseil de la nation, que l’épidémie de rougeole qui a frappé le sud du pays était due « au refus des parents de vacciner leurs enfants ».