Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

Arabie saoudite-Campagne anticorruption: les autorités vont sanctionner les fonctionnaires qui refusent de collaborer

Les autorités de l'Arabie saoudite ont l'intention de trouver et de sanctionner les représentants des structures publiques qui refusent de collaborer avec les services de surveillance dans le cadre de la campagne anticorruption, a annoncé lundi le journal Al-Hayat.
L'Assemblée consultative, la Majlis al Shura, l'organe législatif du pays, a réclamé que la Direction anticorruption «rende publiques les données concernant les organes étatiques et les fonctionnaires impliqués dans la corruption ou refusant d'apporter leur soutien» dans le cadre de la campagne anticorruption d'envergure en cours, informe le journal. Les membres de l'Assemblée devraient étudier mercredi lors de leur réunion des éventuelles «sanctions à l'égard des délinquants», ainsi que «des futurs pas afin de juguler la corruption et le népotisme» au sein des structures publiques.
Le Conseil suprême de lutte contre la corruption, créé début novembre et dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane, a autorisé l'incarcération de plusieurs membres de la famille royale, ainsi que d'anciens et d'actuels ministres, fonctionnaires et entrepreneurs. 208 personnes soupçonnées de corruption ont été arrêtées et inculpées, a déclaré le procureur général d'Arabie saoudite, Saoud Al Mojeb. Selon lui, à la suite de malversions des fonds publics, l'Arabie Saoudite aurait perdu 100 milliards de dollars. Les autorités ont souligné que les noms et d'autres données personnelles des suspects ne seraient pas dévoilés.
Parmi les suspects, il y aurait le prince Al-Walid ben Talal, l'un des plus riches hommes du monde, ainsi que Miteb Ben Abdullah, l'ancien chef de la Garde nationale, limogé. Pour la période de l'enquête, tous les comptes privés des suspects ont été gelés, les autorités saoudiennes s'étant adressées aux banques centrales des pays voisins, y compris à celles du Koweït et des Émirats arabes unis, pour détecter les comptes des éventuels corrompus. Ryiad a assuré que les sanctions ne toucheraient pas les sociétés appartenant aux inculpés.

Sputnik


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.

« 300.000 transactions se font en crypto-monnaie chaque jour en Algérie » (CARE)

  L’on estime à 60 000  le nombre d’Algériens utilisant aujourd’hui la crypto-monnaie.