Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 17 Janvier 2018

Arabie saoudite-Campagne anticorruption: les autorités vont sanctionner les fonctionnaires qui refusent de collaborer

Les autorités de l'Arabie saoudite ont l'intention de trouver et de sanctionner les représentants des structures publiques qui refusent de collaborer avec les services de surveillance dans le cadre de la campagne anticorruption, a annoncé lundi le journal Al-Hayat.
L'Assemblée consultative, la Majlis al Shura, l'organe législatif du pays, a réclamé que la Direction anticorruption «rende publiques les données concernant les organes étatiques et les fonctionnaires impliqués dans la corruption ou refusant d'apporter leur soutien» dans le cadre de la campagne anticorruption d'envergure en cours, informe le journal. Les membres de l'Assemblée devraient étudier mercredi lors de leur réunion des éventuelles «sanctions à l'égard des délinquants», ainsi que «des futurs pas afin de juguler la corruption et le népotisme» au sein des structures publiques.
Le Conseil suprême de lutte contre la corruption, créé début novembre et dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane, a autorisé l'incarcération de plusieurs membres de la famille royale, ainsi que d'anciens et d'actuels ministres, fonctionnaires et entrepreneurs. 208 personnes soupçonnées de corruption ont été arrêtées et inculpées, a déclaré le procureur général d'Arabie saoudite, Saoud Al Mojeb. Selon lui, à la suite de malversions des fonds publics, l'Arabie Saoudite aurait perdu 100 milliards de dollars. Les autorités ont souligné que les noms et d'autres données personnelles des suspects ne seraient pas dévoilés.
Parmi les suspects, il y aurait le prince Al-Walid ben Talal, l'un des plus riches hommes du monde, ainsi que Miteb Ben Abdullah, l'ancien chef de la Garde nationale, limogé. Pour la période de l'enquête, tous les comptes privés des suspects ont été gelés, les autorités saoudiennes s'étant adressées aux banques centrales des pays voisins, y compris à celles du Koweït et des Émirats arabes unis, pour détecter les comptes des éventuels corrompus. Ryiad a assuré que les sanctions ne toucheraient pas les sociétés appartenant aux inculpés.

Sputnik


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : L’ANEM a recensé plus de 450 000 offres d’emploi en 2017

Pour 2018, l’agence nationale de l’emploi prévoit 400 000 placements dans les secteurs économiques.

La BM accusée d’avoir modifié les indicateurs de Doing Business pour des motivations politiques

    Ces révélations fracassantes sur le classement Doing Business ont provoqué un tollé à Washington et semé le doute sur la crédibilité de cette institution financière multilatérale.

Les énergies renouvelables permettront à l’Algérie d’économiser 300 milliards de m3 de gaz (Bouteflika)

Le président de la République a indiqué que l’Algérie dispose actuellement de 4000 milliards de tonnes de réserves d’hydrocarbures prouvées et récupérables dont plus de la moitié en gaz naturel.