Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 17 Décembre 2017

La Banque mondiale invite les pays africains à freiner leur endettement

L'économiste en chef de la Banque mondiale pour l'Afrique, Albert Zeufack, a invité mercredi les pays africains à freiner leurs niveaux d'endettement pour pouvoir assurer le service de la dette.
Albert Zeufack s'exprimait en vidéo conférence face aux journalistes de six pays d'Afrique francophone, lors de la publication de la dernière édition d'Africa's Pulse, un rapport semestriel de son institution qui analyse l'état des économies africaines.
Depuis 2014, a indiqué l'économiste, de nombreux pays africains ont multiplié leurs dettes par trois et leur taux d'endettement a été accéléré surtout avec la baisse des prix de leurs matières premières.
"Nous avons vu de nombreux pays passer de faible risque à un taux modéré. Les pays se doivent de freiner leur endettement, surtout qu'on n'arrive pas encore à mettre en place des mécanismes de mobilisations des recettes et des ressources domestiques pour pouvoir assurer le service de la dette", a-t-il fait remarquer.
M. Zeufack a rappelé qu'en 2011, il y a eu un "accroissement significatif" de cette dette. Or, lorsqu'on accroit la dette dans un environnement où les recettes augmentent, cela "ne menace pas la soutenabilité". Mais, quand on "ne peut pas compter sur l'aide publique" et que les pays "n'arrivent pas encore à s'organiser pour lever suffisamment de taxes en interne" pour financer leurs propres investissements, cela hausse le risque.
Cette situation a entrainé un accroissement du déficit fiscal primaire dans de nombreux pays, a relevé l'économiste. "Ainsi, le service de la dette devient difficile à assurer. Nous ne voulons surtout pas que nos pays soient dans une situation où toutes les taxes qu'on collecte sont orientées à payer les dettes. Cela nous empêchera d'investir dans l'éducation, les infrastructures, de créer des emplois, etc.", a-t-il ajouté.
"Naturellement au-delà de 70% du Produit intérieur brut (PIB) du pays, la dette devient à haut risque. Même les pays qui sont en-dessous de ce taux devraient commencer à revoir leurs stratégies d'endettement. Il faut créer un espace fiscale pour diversifier nos économies", a-t-il conclu.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda »

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"LA TUNISIE DANS LA LISTE DES PARADIS FISCAUX, UN CLASSEMENT QUI EMBARRASSE TOUT LE MONDE".

A ne pas manquer

Prev Next

Polémique sur la promotion de Tamazight : Lotfi DK appelle à l’arrêt des hostilités sur Facebook

 La polémique qui fait rage sur les réseaux sociaux sur le refus des députés de la majorité une proposition d’amendement du projet de loi de finances pour l’année 2018 portant sur la promotion de la langue amazighe a fait réagir le chanteur engagé du Rap Lotfi DK.

Le taux de chômage en Algérie devrait atteindre 13,2 % en 2018 (étude)

  Une étude sur les défis de la démographie au Maghreb relève un décalage entre le capital humain et les besoins du marché de l'emploi, malgré les importants investissements consentis dans l'enseignement supérieur.

57 % des Algériens ont une opinion positive sur l’Union européenne (sondage)

Plus de 60%  des personnes sondées pensent que l'UE devrait en faire plus sur les questions liées aux droits de l'homme, près de 70% sur le commerce et près de 60% des personnes interrogées attendent davantage dans le domaine de la migration et de l'éducation.