Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

Iran: Le président Rohani fait l'éloge des pasdaran

Le président iranien Hassan Rohani, qui a eu par le passé maille à partir avec les gardiens de la Révolution, a pris mercredi la défense du corps des pasdaran, que les Etats-Unis menacent d'ajouter à leur liste des organisations terroristes.
Le président Donald Trump doit dire d'ici dimanche s'il certifie ou non que l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien est bien respecté par Téhéran. Il devrait dévoiler à cette occasion une stratégie plus agressive envers la République islamique.
Selon un haut responsable américain, le chef de la Maison blanche s'apprêterait à ne pas certifier l'accord et à annoncer le placement du corps des pasdaran sur la liste américaine des organisations terroristes.
Lors du conseil des ministres mercredi, retransmis à la télévision, le président Rohani a affirmé que placer les gardiens de la Révolution sur la liste américaine des organisations terroristes serait "l'erreur des erreurs".
"Ils (les Américains) pensent que les gardiens de la Révolution constituent une entité militaire. Les gardiens de la Révolution ne sont pas une entité militaire. Ils sont au coeur du peuple. Les gardiens de la Révolution, aux heures des plus graves dangers, ont toujours défendu les intérêts de la nation", a ajouté le président.
"Nous sommes une société unie. Il n'y a pas de désaccords entre les différents groupes du pays quand il s'agit de déjouer les complots de nos ennemis."
Par le passé, Hassan Rohani, considéré par l'Occident comme un dirigeant modéré et pragmatique, a critiqué à plusieurs reprises l'influence du corps des pasdaran, plus radical, sur la vie politique iranienne.
Mais les récentes menaces américaines semblent avoir resserré les rangs des différentes factions iraniennes.
"Aujourd'hui, le président américain a réussi à faire en sorte que l'Iran n'a jamais été aussi uni", a poursuivi Hassan Rohani. "Aujourd'hui, opposants comme partisans de l'accord sur le nucléaire se retrouvent côte à côte. Et ils parlent d'une seule voix."
Les journaux iraniens ont publié mardi des photographies montrant le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif, tout sourire, étreindre le commandant des gardiens de la Révolution, le général Mohammad Ali Jafari.
L'Iran a menacé lundi les Etats-Unis d'une riposte "terrible" au cas où Washington désignerait le corps des gardiens de la Révolution comme une organisation terroriste.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie – Le syndicat UGTT trace "cent mille lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur échec aux entreprises publiques. Il a dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, font croire à l'opinion publique que le secteur public "est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse...

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.