Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 26 Février 2018

ONU : les enfants dans les conflits sont exposés à des "niveaux choquants" de violations

 Un nouveau rapport des Nations Unies présenté récemment devant le Conseil de sécurité indique que plus de 15.500 enfants dans le monde ont été victimes de violations généralisées dans un contexte de conflits.

Ces enfants ont été exposé à des "niveaux choquants" de violations tels que des tueries et des mutilations, des recrutement et utilisations à des fins armées et le déni d'accès humanitaire, a signalé le rapport du secrétaire général sur les enfants et les conflits armés.

Selon le rapport, des enfants de pays tels que l'Afghanistan, la République démocratique du Congo (RDC), l'Irak, la Somalie, le Soudan du Sud, la Syrie et le Yémen ont subi un niveau inacceptable de violations de la part des parties au conflit -- à la fois des forces gouvernementales et des groupes armés non étatiques.

Sur les 20 pays passés en revue dans le rapport, au moins 4.000 violations vérifiées ont été commises par des forces gouvernementales et plus de 11.500 par des groupes armés non étatiques. L'Afghanistan a enregistré le plus grand nombre de décès d'enfants vérifiés depuis que l'ONU a commencé à recenser le nombre de victimes civiles en 2009, avec 3.512 enfants tués ou mutilés l'année dernière, soit une augmentation de 24% par rapport à l'année précédente.

Le rapport recense également 851 cas vérifiés (plus du double du nombre en 2015) d'enfants recrutés et utilisés à des fins de combat en Syrie et 1.915 en Somalie en 2016. L'étude note également qu'au Yémen, au moins 1.340 enfants ont été tués ou mutilés. En Syrie, ce nombre était de 1.299.

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a réitéré son appel aux parties en conflit à respecter leur responsabilité de protéger les enfants, conformément à leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et des droits de l'homme.

"L'objectif du rapport est non seulement de sensibiliser aux violations des droits de l'enfant mais aussi de promouvoir des mesures susceptibles de diminuer le sort tragique des enfants en conflit", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du chef de l'ONU.

Xinuha 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.