Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Juillet 2017

Les cyberattaques pourraient coûter 53 milliards de dollars (étude)

Une cyberattaque mondiale pourrait engendrer en moyenne des pertes économiques de 53 milliards de dollars (46 milliards d'euros), un chiffre équivalent au coût des dégâts provoqués par l'ouragan Sandy aux Etats-Unis en 2012, selon une étude publiée lundi par le marché britannique de l'assurance Lloyd's of London.
Cette étude, coréalisée par le cabinet Cyence, s'est intéressée aux potentielles pertes économiques que provoqueraient le piratage d'un fournisseur de services de cloud (informatique dématérialisée) et des cybertattaques des systèmes d'exploitation des ordinateurs d'entreprises.
Les assureurs cherchent à estimer leur exposition à d'éventuelles pertes liées à des cyberattaques.
"Parce que le cyber est virtuel, il est vraiment difficile de comprendre comment une cyberattaque pourrait faire boule de neige", a déclaré à Reuters Inga Beale, directrice générale de Lloyd's of London.
Les coûts économiques d'une hypothétique attaque contre un fournisseur de services de cloud dépasseraient, et de loin, ceux de l'attaque du virus informatique WannaCry évalués à huit milliards de dollars, selon Cyence. Ce "rançongiciel" a infecté plusieurs centaines de milliers d'ordinateurs dans une centaine de pays en mai dernier.
Les coûts économiques incluent le manque à gagner des entreprises en raison de l'interruption de leurs activités et les réparations des systèmes informatiques.
Dans leur scénario, LLoyds et Cyence étudient les conséquences d'une attaque contre des services de cloud consistant en l'introduction d'un code malveillant conçu pour se déclencher un an plus tard.
A ce moment-là, ce logiciel se sera propagé chez tous les clients du fournisseur de ces services, qui subiront un manque à gagner et des coûts supplémentaires.
Les pertes économiques pourraient aller de 4,6 milliards à 53 milliards de dollars, selon l'étude.
Jusqu'à 45 milliards de ce montant pourraient ne pas être couverts par les cyber polices d'assurance en raison de la sous-assurance des entreprises en la matière, poursuit l'étude.
Les pertes engendrées par le piratage des systèmes d'exploitation sont évaluées entre 9,7 milliards et 28,7 milliards de dollars.
En juin, Inga Beale a estimé entre 20 et 25% la part de Lloyd's sur le marché de cyberassurance, un marché de 2,5 milliards de dollars.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Le gouvernement se contente d’une présence très symbolique à l’inauguration de l’usine de Sovac (éclairage)

  L’absence du Premier ministre Abdelmadjid Tebboune et de Mehdjoub Bedda à l’inauguration de l’usine de montage de véhicules de Sovac représente une rupture avec la politique industrielle menée par l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal et son ministre de l’Industrie Abdesselam Bouchouareb.

Maroc- En attendant le takaful, le financement de immobilier par les banques islamiques sera une prise de risque

Pour Adnane El Guetari, Dg d'Umnia Bank, ''le démarrage de notre banque est désormais effectif avec ces premiers documents. Outre les produits et services relatifs à la gestion de comptes, nous pouvons également proposer des financements immobiliers sans des produits d’assurance.''

Le FMI examine les avancées et les priorités des réformes qu'il a recommandées à la Tunisie

Le FMI a achevé le 12 juin 2017 la première revue du programme économique de la Tunisie appuyé par un accord au titre du Mécanisme élargi de crédit. L’achèvement de la revue permet aux autorités de tirer l’équivalent de 227.2917 millions de DTS (soit environ 314.4 millions de dollars), ce qui portera le total des décaissements au titre de l’accord...