Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 27 Juin 2017

Le nombre de déplacés forcés atteint son niveau record en 2016 (HCR)

Le nombre de personnes déplacées à travers le monde à cause de guerres, de violences ou de persécutions a atteint, à la fin 2016, le chiffre le plus élevé jamais observé, selon un rapport publié lundi par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).
Le nouveau rapport statistique du HCR sur les tendances mondiales fait état de 65,6 millions de personnes déplacées à travers le monde à la fin 2016, soit une personne sur 113 déplacée aujourd'hui dans le monde.
Parmi les déplacés forcés, 22,5 millions de personnes ont cherché à se mettre en sécurité en traversant des frontières internationales, 40,3 millions se sont déplacées au sein des frontières de leur propre pays et 2,8 millions ont demandé l'asile dans le monde, précise le rapport.
Selon les estimations, le conflit en Syrie continue d'être la principale source de réfugiés dans le monde (5,5 millions) et le Soudan du Sud est une nouvelle source importante, car l'échec catastrophique des efforts de paix en juillet a engendré le départ de 739.900 personnes avant la fin de l'année.
A l'échelle mondiale, la plupart des réfugiés (84%) se trouvaient dans des pays en développement ou à revenu moyen, et une personne sur trois (soit 4,9 millions de personnes) était accueillie dans les pays les moins développés.
Ce déséquilibre considérable est le reflet de plusieurs facteurs, dont l'absence continue de consensus international sur la question de l'accueil de réfugiés ainsi que la proximité de nombreux pays pauvres par rapport aux régions de conflits.
Le HCR a également averti que les enfants, qui représentent la moitié de la population mondiale de réfugiés, continuent à assumer une part disproportionnée du poids de la souffrance, principalement du fait de leur plus grande vulnérabilité.
Le rapport prône d'une manière plus pressante que jamais le "besoin de solidarité et de volonté commune pour prévenir et résoudre les crises, et pour veiller ensemble à ce que partout dans le monde, les réfugiés, les déplacés internes et les demandeurs d'asile soient protégés et pris en charge de manière efficace pendant la recherche de solutions", conclut Filippo Grandi, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP résiste aux coupures d’Internet et attend un Macron algérien

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Maghreb Mobile Expo, un salon algérien dédié aux Smartphones- Saïd Benmesbah

A ne pas manquer

Prev Next

Le Nobel d'économie Jean Tirole à Alger parmi de prestigieux conférenciers de la Société d’économétrie

La Banque d’Algérie a apporté son concours logistique à cet événement académique, le premier de ce niveau mondial en Algérie pour la théorie économique quantitative qui se tiendra le week-end prochain.

Belkacem Boukherouf, économiste : "Avec plus de 800 milliards de dollars dépensés, on aurait pu construire un Portugal"

  L’économiste Belkacem Boukherouf souligne dans un entretien à Maghreb Emergent l’ampleur de la défaillance de la gouvernance algérienne qui dépense – beaucoup – sans gérer. Le fait que ce soit le gouvernement qui parle de diversification de l’économie au lieu des entreprises est révélateur d’une grave distorsion. C’est le gouvernement qui empêche les "entreprises de se diversifier et de renforcer...

L'indien Dodsal signe un contrat de 1,1 milliard de dollars pour la réalisation d'une centrale à Hassi-Messaoud

  Le groupe indien Dodsal basé à Dubaï a signé avec Sonatrach un contrat de 1,1 milliard de dollars portant sur la réalisation d'une centrale à Hassi Messaoud. L'information révélée par les médias du Golfe a été confirmée par Sonatrach, selon le journal El Moudjahid.