Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

Afrique:20 millions de personnes au bord de la famine, selon des agences de l'ONU

Vingt millions de personnes dans quatre pays africains sont au bord de la famine, ont indiqué jeudi à Rome des responsables de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM).
Dans le nord-est du Nigeria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen, la population fait face à une crise humanitaire "sans précédent" à cause de la sécheresse et des conflits armés avec des combattants fondamentalistes, comme le groupe Boko Haram et les insurgés Shebab.
"C'est la plus grande crise que nous ayons jamais vue", a indiqué Denise Brown, directrice des urgences au PAM, lors d'une conférence de presse, décrivant la situation par une image : comme si des millions de personnes se trouvaient "debout au bord d'une falaise, et le nombre ne cesse d'augmenter".
A cause des conflits et des conditions climatiques défavorables, les animaux meurent et les champs ne sont plus labourés, dans une partie du monde où 80% de la population dépend de l'agriculture et de la pêche pour survivre, explique le directeur de la division d'urgence et de réhabilitation de la FAO, Dominique Burgeon.
Si des actions ne sont pas prises, le monde sera témoin d'une répétition de la famine 2010-2011 en Somalie, où 250.000 personnes sont mortes parce que la communauté internationale n'a pas agi assez tôt, assurent les responsables.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

Le système Haddad, ou comment imposer une dîme sur les grands projets

De révélation en fuite, le système Haddad apparait au grand jour : une immense nasse qui permet au patron du FCE de percevoir une dîme sur tous les grands marchés.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».