Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 30 Mai 2017

Syrie:400 rebelles et leurs familles évacués de Homs

Au bout d'un mois d'intenses négociations, un premier groupe de 400 rebelles accompagnés de leurs familles a été évacué de la banlieue nord de la ville syrienne de Homs, annonce aux journalistes le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général Alexeï Kim.
Auparavant, il avait été annoncé que des groupes armés commençaient à se retirer de la banlieue de Homs, al-Waer, pour se rendre dans les régions nord de la Syrie.
« Il s'agit d'un résultat très important tant pour le Centre que pour la partie syrienne, car le gros des groupes illicites armés qui se trouvent à Homs, a donné, au terme de négociations difficiles et prolongées, son accord pour quitter la ville », a indiqué le général.
Selon lui, un premier groupe de 400 combattants accompagnés de leurs familles a été évacué.
« Cela représente pratiquement un mois de négociations intenses, car les djihadistes formulaient leurs revendications alors que le Centre et la partie syrienne formulaient les leurs. Il a fallu trouver un dénominateur commun pour satisfaire les parties. Les négociations étaient très difficiles, néanmoins, vous voyez le premier résultat », a dit le général.
Selon les informations du Centre, plusieurs centaines de djihadistes passeront dans les rangs de la milice populaire ou feront partie de la police syrienne dans le cadre de l'amnistie proclamée par le président Bachar al-Assad.
Selon le gouverneur de la province de Homs Talal al-Barazi, après la sortie des djihadistes, la ville sera libre de groupes illicites armés.
« Après la sortie des djihadistes, les établissements de l'État seront de retour à al-Waer et les habitants locaux recommenceront une vie normale », a déclaré le gouverneur.
Al-Waer (100 000 habitants) était le dernier refuge de l'opposition armée à Homs.

Sputnik

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Le déficit de la balance courante s'est fortement aggravé et atteint 4,1% du PIB

  Le déficit commercial s’est aggravé, à fin avril 2017, pour se situer à 4,31 milliards de dinars, contre 3,30 milliards de dinars en avril 2016, selon le rapport de la Banque centrale de Tunisie sur les “évolutions économiques et monétaires”, publié en mai 2017.

Algérie - Les milliards de dollars d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.

Algém6rie - Les 15 milliards d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.