Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Avril 2017

Syrie : Début d’évacuation des rebelles du quartier Al Waer à Homs

 

Des insurgés et leurs familles ont entrepris samedi de quitter leur dernier bastion dans la ville syrienne de Homs, ont rapporté les médias officiels et un journaliste de Reuters, dans le cadre d'un accord d'évacuation passé avec le gouvernement qui devrait être l'un des plus importants de ce genre.

Les premiers autocars transportant des rebelles et leurs proches ont quitté dans la matinée le quartier d'Al Waer en prenant la direction de zones tenues par des insurgés au nord-est de la grande ville d'Alep.

Le gouverneur de Homs, Talal Barazi, a dit à Reuters que 1.500 personnes, parmi lesquelles au moins 400 insurgés, devaient quitter Homs pour cette région-là dans la journée de samedi.

De même que le Croissant-Rouge arabe syrien, les forces russes et syriennes supervisent le processus d'évacuation, et le transfert des rebelles d'Al Waer prendra au total dans les six semaines, a-t-il ajouté.

Plusieurs dizaines d'autocars attendaient samedi matin à un carrefour de pouvoir quitter Al Waer, accompagnés par des ambulances du Croissant-Rouge arabe syrien, a constaté un journaliste de Reuters.

A ce stade, plus de 150 insurgés ont pu partir, avec sur eux des armes légères, a dit le chef de la police de Homs interrogé par la télévision officielle syrienne.

LE GOUVERNEUR OPTIMISTE

Un autre corridor sera ouvert dimanche pour permettre le passage de civils, a dit le gouverneur de Homs à la chaîne de télévision nationale Al Ikhbaria.

En vertu de l'accord conclu pour Al Waer, 10.000 à 15.000 personnes doivent évacuer les lieux en plusieurs phases, au fil des semaines à venir, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et une autre organisation de l'opposition, le Centre des médias de Homs.

"Les préparatifs et la situation sur le terrain permettent de penser que les choses vont bien se passer", a dit Talal Barazi.

Le régime de Bachar al Assad fait de plus en plus fortement pression sur les zones rebelles assiégées pour que les insurgés capitulent et acceptent ce qu'il présente comme des accords de réconciliation prévoyant le départ des combattants vers le nord de la Syrie.

Le régime de Damas estime que ces accords locaux sont un bon moyen de ramener la paix dans le pays après six ans de conflit, mais l'opposition y voit une stratégie pour déplacer de force des personnes hostiles au président Assad, après des années de bombardement et de siège. Selon l'OSDH, les autocars devaient prendre la direction de la région de Djarablous, dans le nord du pays, tenue par des groupes insurgés soutenus par la Turquie

Reuters

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Dans le Rif, une fronde persistante qui se radicalise politiquement

                                La tension reste toujours vive dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, où le ton des manifestations contre '"'la hogra'' et le ''Makhzen'', sept mois après la mort dans d’atroces conditions d’un poissonnier se radicalise prenant parfois des contours ''indépendantistes''.

Réponse à Slim Othmani (I) - Le Partenariat public-privé et le risque de prédation en Algérie

    L’article de Slim Othmani sur les «6 Syndromes Phobiques de l’Economie Algérienne» a inspiré au chroniqueur Abed Charef des réflexions en 4 parties dont nous commençons la publication aujourd’hui. Le premier article porte sur l'interdiction de fait du partenariat public-privé (PPP) qui constitue bien un handicap pour les entreprises algériennes. Mais, estime-il, l’introduire en l’état actuel des choses contient un...

Maroc: Le gouvernement El Othmani à l'épreuve des revendications syndicales

       Le vote de confiance des deux chambres du Parlement est déjà acquis au nouveau chef de Gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani. Il lui reste l'épreuve des centrales syndicales qui ont ferraillé dur contre l’ex-gouvernement pour rétablir le dialogue social.