Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Février 2017

Le nouveau Secrétaire général de l'ONU appelle à faire évoluer les stratégies de prévention des conflits

Le nouveau Secrétaire général Antonio Guterres a demandé mardi à l'ONU et aux Etats membres de modifier leurs stratégies et leurs méthodes de prévention des conflits et de construction d'une paix durable.
Au cours de sa première allocution au Conseil de sécurité depuis sa prise de fonctions, M. Guterres a souligné qu'il était nécessaire que l'ONU revoie son approche de la paix et de la sécurité dans le monde, en s'efforçant de prévenir les conflits au lieu de devoir y répondre.
M. Guterres a annoncé aux 15 nations du Conseil qu'il avait mis en route plusieurs réformes du fonctionnement de l'ONU, afin de pouvoir prévenir les conflits en les repérant et en agissant le plus tôt possible.
Il a également demandé une réforme des programmes de développement de l'ONU, afin de soutenir la construction d'une paix durable non plus seulement par la prévention, la résolution des conflits et les opérations de maintien de la paix, mais aussi et surtout au moyen de programmes de développement et de construction de la paix à long terme.
Le Conseil de sécurité a organisé mardi matin un débat public pour discuter des diverses approches en matière de prévention des conflits et de maintien de la paix, notamment pour les conflits les plus difficiles à résoudre, comme au Soudan du Sud, en Syrie ou au Yémen.
"La prévention des conflits ne doit jamais servir à d'autres buts politiques", a déclaré M. Guterres, soulignant que déjà bien trop d'occasions d'empêcher l'éclatement d'un conflit avaient été perdues, en raison de la méfiance réciproque des Etats membres entre eux.
"Lorsque nous agissons de manière préventive, nous devons éviter les doubles standards. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'il ne doit exister aucun standard", a-t-il ajouté.
A cet égard, M. Guterres s'est engagé à renforcer la confiance entre les Etats membres, ainsi que celle des Etats membres envers les Nations Unies, afin de coopérer plus efficacement à la prévention des conflits, "notamment en faisant suivre la détection précoce des conflits par des mesures précoces".

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Assurances, tourisme, industrie et immobilier : Trust Algeria dévoile ses ambitions

  L’ambition de la compagnie ne s’arrête pas au développement de l’assurance. « On a aussi l’ambition de devenir le premier groupe financier en Algérie », explique son DG Abdelhahakim Hadjou. Mais en plus du secteur financier, le groupe a également un projet d’extension dans le tourisme, l’industrie et l’immobilier.

FanZone.dz - En janvier, les pages foot ont progressé, Ahlem Mostaghanmi est restée la 1re star du Facebook algérien

  La progression des pages foot s’explique par les compétions de la CAN : celle de Riad Mahrez, par exemple, est passée de 917.078 fans au 31 décembre2016 à 970.816 fans le 31 janvier dernier. Pour les pages Art et culture, la 2e place, après l’écrivaine algérienne Ahlam Mostaghanemi, est revenue, en janvier dernier, à Zinou KDS, qui a ainsi progressé de...

Algérie - "La pénurie de médicaments va encore s'aggraver dans les prochains mois" (FAM)

  Lors d’une conférence de presse organisée aujourd’hui à Alger, la Fédération algérienne du médicament a tiré la sonnette d’alarme sur les effets indésirables causé par  la restriction d’importation de matières premières indispensables pour la fabrication de médicaments.