Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Avril 2017

Yémen:Les forces soutenues par l'Arabie saoudite reprennent une base militaire clé près de la mer Rouge

Les forces gouvernementales yéménites, appuyées par l'Arabie saoudite, ont repris lundi le contrôle d'une base militaire clé près de la mer Rouge, dans le gouvernorat de Taïz, après quatre jours de combats acharnés, a déclaré un officier à Xinhua.
"Les forces armées, appuyées par la coalition menée par l'Arabie saoudite, ont réussi à reprendre la base militaire d'Omari et à chasser les forces pro-houthistes des environs, au terme de violents combats et de plusieurs frappes aériennes", a précisé un officier de l'armée locale sous couvert d'anonymat.
Dans le même temps, des hélicoptères et des navires de guerre de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite ont violemment bombardé les positions des Houthis, appuyés par l'Iran, dans et autour du port de Mocha, selon un officier du renseignement rattaché au 4e Commandement régional.
Des centaines de nouvelles recrues de l'armée yéménite, fraichement formées et soutenues par les troupes des Emirats arabes unis, se sont également déployées lundi depuis le gouvernorat d'Aden, pour sécuriser la côte qui s'étend entre Dhubab, Mocha et le détroit de Bab el-Mandeb contre les forces houthistes.
Les violents combats qui ont éclaté vendredi soir ont pour le moment tué 71 rebelles Houthis et 35 soldats des forces gouvernementales, selon des responsables médicaux.
La situation économique et politique n'a cessé de se dégrader au Yémen depuis mars 2015, lorsque la guerre a éclaté entre les Houthis, un groupe chiite soutenu par l'ancien président Ali Abdullah Saleh, et le gouvernement yéménite, soutenu par l'Arabie saoudite et la coalition de pays arabes qu'elle dirige.
A ce jour, la guerre civile a coûté la vie à plus de 10 000 personnes, essentiellement des civils ; elle en a blessé plus de 35 000 autres, et a conduit au déplacement de quelque deux millions de personnes, selon les organisations humanitaires.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

L’alerte de Brahim Hasnaoui : La moitié des entreprises privées algériennes du BTP en péril

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Dans le Rif, une fronde persistante qui se radicalise politiquement

                                La tension reste toujours vive dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, où le ton des manifestations contre '"'la hogra'' et le ''Makhzen'', sept mois après la mort dans d’atroces conditions d’un poissonnier se radicalise prenant parfois des contours ''indépendantistes''.

Réponse à Slim Othmani (I) - Le Partenariat public-privé et le risque de prédation en Algérie

    L’article de Slim Othmani sur les «6 Syndromes Phobiques de l’Economie Algérienne» a inspiré au chroniqueur Abed Charef des réflexions en 4 parties dont nous commençons la publication aujourd’hui. Le premier article porte sur l'interdiction de fait du partenariat public-privé (PPP) qui constitue bien un handicap pour les entreprises algériennes. Mais, estime-il, l’introduire en l’état actuel des choses contient un...

Maroc: Le gouvernement El Othmani à l'épreuve des revendications syndicales

       Le vote de confiance des deux chambres du Parlement est déjà acquis au nouveau chef de Gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani. Il lui reste l'épreuve des centrales syndicales qui ont ferraillé dur contre l’ex-gouvernement pour rétablir le dialogue social.