Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 20 Janvier 2018

Tunisie: Les protestations sociales sont le résultat de l’échec des politiques du gouvernement (Moncef Marzouki)

L’ancien président de la République et chef du parti Tounes Al Irada (la volonté), Moncef Marzouki a estimé samedi que les protestations sociales enregistrées dans le pays durant la période passée, sont le résultat de l’échec des politiques de l’actuel gouvernement.
La Tunisie a besoin de stabilité pour impulser l’investissement et réaliser la prospérité, a-t-il, toutefois, soutenu hier soir en marge d’un meeting du parti tenu à Korba (gouvernorat de Nabeul).
“L’actuel gouvernement assume la responsabilité de la situation qui prévaut aujourd’hui en raison des promesses trompeuses non tenues”, a déclaré Marzouki à la correspondante de l’agence TAP dans la région, citant l’absence d’une réforme structurelle pour la relance de l’économie. Pour lui, le processus démocratique n’a pas été aussi préservé.
Evoquant le rapport publié récemment par l’organisation “International Crisis Group”, Marzouki a estimé qu’il “confirme la régression du processus politique en Tunisie et craint un recul des libertés et le retour de la dictature”. D’après lui, la responsabilité est portée par l’actuel gouvernement qu’il qualifie de “fragmenté” dès lors qu’il a été formé sur la base d’une “transaction politique”.
“Si la dictature est de retour, le peuple tunisien a droit de retourner à la résistance civique”, a-t-il dit.
Les forces démocratiques, dont le parti Al Irada, a encore ajouté Marzouki, sont appelées à préparer un “programme de gouvernance” pour réaliser les revendications du peuple. Pour ce faire, a-t-il insisté, “il faut s’engager durant les prochaines échéances électorales pour garantir l’alternance pacifique au pouvoir”. D’autant plus, a lancé Marzouki, que “le système en place a prouvé son échec”.
Sur un autre plan, le président du parti Al Irada a souligné la nécessité d’accélérer le parachèvement de la mise en place des instances constitutionnelles et en particulier la Cour constitutionnelle, relevant l’importance des élections municipales dans la consécration de la décentralisation.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie :Ouyahia et Yousfi recoivent les responsables des groupes SEAT et Sovac

La vente des premières SEAT IBIZA qui a commencé il y a quelques jours a vu un grand engouement de la part des Algériens au niveau des showroom des concessionnaires.

CPP : De quoi la maltraitance de Ouyahia par Bouteflika est-elle le nom ?

Le CPP de RadioM n’a pas boudé les thèmes forts de la semaine politique. Surprise, il a été beaucoup question du DRS.

Partenariat Public-Privé, Intégration avec la Tunisie, l’avenir comme ligne rouge présidentielle

  La chronique économique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite des sujets brulants de l’actualité sous l’angle de la trajectoire stratégique. Le verrou politique borne l’horizon au plus près.