Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 24 Avril 2018

Tunisie: Ce qui s’est passé ces derniers jours en Tunisie a été exagéré par la presse étrangère (Caïd Essebsi)

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a déclaré, samedi, que les évènements de ces derniers jours en Tunisie “ont été exagérés par la presse étrangère”, estimant que certaines “sensibilités politiques recourent à cette même presse, croyant, à tort, qu’elle peut être influente (…) Mais, ceux qui nous importent vraiment ce sont les partis et les organisations nationales et nuls autres”.
S’exprimant à l’ouverture de la réunion des signataires du Document de Carthage, Caïd Essebsi a indiqué que ce document est “ouvert au débat” pour l’améliorer, tout en tenant compte de la situation que traverse, actuellement, la Tunisie.
“Le Document de Carthage n’est pas un projet qui me concerne en particulier. Il intéresse tous et pourrait être amélioré et modifié”, a-t-il soutenu.
D’après le président Caïd Essebsi, certaines propositions seront annoncées au cours de la prochaine réunion, “à la lumière desquelles le gouvernement sera évalué sur son degré d’engagement à respecter les points qui lui seront tracés”.
Après avoir reconnu une lenteur dans l’exécution de certains projets, telle la mise en place de certaines instances constitutionnelles, dont la Cour constitutionnelle, Caïd Essebsi a insisté sur la nécessité de parachever ces institutions et d’engager, réellement, les réformes socioéconomiques qui, selon lui, ont pris “beaucoup de retard”.
Pour surmonter cette situation, a-t-il déclaré, il nous faut assumer la responsabilité et assurer la continuité de l’Etat. “J’ai pleinement confiance en la capacité de la Tunisie, de son peuple et de ses organisations à surmonter cette situation”, a-t-il lancé.
Et d’ajouter : “Avec un peu de patience, de discernement et de modestie, nous y parviendrons. Nous sommes face à une opportunité historique qu’il ne faut nullement rater”.
Bien que Nidaa Tounes ait remporté les élections législatives, a rappelé Béji Caïd Essebsi, nous avons fait le choix d’un gouvernement d’union nationale; parce que nous sommes convaincus que la Tunisie appartient à tous : à celui qui a réussi, à celui qui a échoué et même à celui qui n’est pas “de notre côté”. Nous sommes tenus de lui assurer sa liberté, sa sécurité et sa participation à la vie politique (…) toutes les sensibilités doivent être représentées.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Une ligne maritime directe reliant la Tunisie avec la Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Ghana sera ouverte à partir du 04 juin" (Omar Béhi)

  Le ministre a indiqué que le forum économique africain sera une occasion importante pour l’échange des expériences et l’ouverture du dialogue entre les secteurs public et privé.

Algérie : Le SNAPO annonce une grève nationale des pharmaciens à partir de samedi

  Les membres du Snapo organiseront une réunion demain pour décidé de la durée de la grève.

Algérie: Saïd Djellab défend la limitation des importations et veut aller encore plus loin

  La réaction du ministre du Commerce se veut une riposte officielle aux pressions que nombre de chancelleries exercent sur le Gouvernement algérien pour revenir sur sa décision de limiter les importations.