Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 16 Janvier 2018

  •   TAP
  • samedi 16 décembre 2017 11:49

Tunisie: Entretien BCE-Fayez El Sarraj à Tunis

 

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a reçu, vendredi, au palais de Carthage, le président du conseil présidentiel du gouvernement de l’entente nationale de Libye, Fayez el-Sarraj.
Selon el-Sarraj, cette visite s’inscrit dans le cadre de la concertation continue entre les deux parties et de la détermination à informer le président Caïd Essebsi du développement de la situation politique en Libye et des résultats des concertations avec nombre de chefs d’Etat dont le président américain, Donald Trump.Ces derniers, a-t-il dit, ont affirmé leur soutien à la stabilité en Libye et leur attachement à l’action politique initiée par l’émissaire onusien, Ghassen Salamé.
Cité dans un communiqué de la présidence de la République, el-Sarraj a, aussi, réitéré le soutien des différentes parties internationales au plan des Nations Unies pour résoudre la crise en Libye et aux efforts de l’émissaire onusien pour la mise en application de celui-ci, dont l’organisation des élections législatives et présidentielle dans les meilleurs délais.
Sur un autre plan, al-Sarraj a indiqué que la question de la migration irrégulière est une responsabilité partagée qui doit être traitée dans le cadre de la coordination et de la coopération avec les pays européens, les pays africains et les organisations internationales y afférant.
Il a dit refuser catégoriquement l’idée de l’installation des migrants irréguliers en Libye.
De son côté, le président de la République a souligné que la question de la stabilité en Libye est d’une importance capitale pour la Tunisie.
Il a, dans ce contexte, rappelé les principes et objectifs de l’initiative tunisienne pour un règlement politique global de la crise en Libye, dans le cadre de la légitimité internationale et de l’entente politique de 2015.
Le chef de l’Etat a, en outre, exprimé son soutien à tout ce qui est de nature à contribuer à encourager les différentes parties libyennes au dialogue et au consensus afin de surmonter ce blocage, appelant les protagonistes libyens à faire des concessions pour surmonter la crise actuelle.
“La Tunisie est déterminée et s’engage à continuer de soutenir l’action politique en Libye”, a-t-il souligné, rappelant la réunion des ministres des Affaires étrangères de Tunisie, d’Algérie et d’Egypte prévue dimanche à Tunis.
L’entretien a, également, permis de passer en revue les questions d’intérêt commun dont la cause palestinienne ainsi que les retombées de la décision de l’administration américaine de transférer l’ambassade des Etats Unis à Al-Qods.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Ouyahia va-t-il lâcher Haddad ?

Le Premier ministre a décidé d’annuler  sa participation à la conférence-exposition que le FCE (Forum des chefs d’entreprise)  organise conjointement avec la Sonatrach et la Sonelgaz, à partir de demain pour  sauver sa probable « rencontre avec son destin ».

Algérie : le complexe gazier de Tiguentourine a produit près de 9 milliards m3 en 2017

 Le complexe  de Tiguentourine  produit,  en moyenne, entre 22 et 23 millions de m3/jour.

Algérie : Sonatrach va louer des équipements en Italie pour raffiner son pétrole brut

  11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.