Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

Algérie: Les utilisateurs de la 3G ont doublé en deux ans (étude)

Le nombre d'utilisateurs de l'internet mobile 3G en Algérie a doublé en deux ans passant de 50% en 2014 à 99% en 2016 à la faveur du large déploiement du haut débit dans le pays, selon une étude réalisée par ConsumerLab d'Ericsson sur les usagers des nouvelles technologies en Algérie.
L'étude effectuée auprès d’un échantillon de 1.000 personnes représentant les utilisateurs des nouvelles technologies dans 6 grandes villes d’Algérie à savoir Alger, Blida, Constantine, Sétif, Oran et Ouargla (plus de 6 millions d’habitants) relève "une explosion de l'utilisation de la 3G chez les utilisateurs de l’internet mobile passant de 50% en 2014 à 99% en 2016" à la faveur du large déploiement du haut débit à travers l’ensemble du pays.
ConsumerLab identifie ainsi quatre grands groupes d’utilisateurs de la 3G à savoir les power users, les medium users, les light users et les non-users.
Selon l’étude, les power users, (représentant 11% de la population sondée dont l’âge varie entre 15 et 29 ans), estiment important d'accéder à Internet où qu'ils soient ayant ainsi accès à l'apprentissage et aux opportunités d'emploi. Ils y voient aussi le meilleur moyen d’être en contact avec leurs proches, ajoute cette source.
 Les medium users (17% de la population sondée) forment, quant à eux, une catégorie à majorité féminine dont l’âge varie entre 20 et 39 ans, note l’étude, ajoutant que cette frange d’utilisateurs estime que l'Internet favorise l'apprentissage et donne des opportunités d'emploi.
Selon l’étude, ces utilisateurs ont une perception plutôt négative de l'usage d'Internet qui conduit, selon eux, "à une dépendance et affecte les relations".
Les light users (44%) représentent la plus importante catégorie des utilisateurs d’Internet (hommes et étudiants pour la plus part) avec un âge moyen entre 15-19 ans et 30-34 ans, selon l’étude, qui explique que pour ce groupe l’internet permet de rester en contact avec les amis et proches.
Les non-users (28%) sont essentiellement les personnes actives dont l’âge moyen est compris entre 35-59 ans et à majorité féminine, relève ConsumerLab, pour qui ce faible taux d’utilisation de la 3G  est due essentiellement à des considérations culturelles qui influencent leur perception .
Ils estiment d’ailleurs que seuls certains membres de leur famille devraient accéder à internet, indique l’étude, ajoutant que la plupart des utilisateurs de la 3G de cette catéGorie possède des téléphones mobiles basiques et disposent de moins d’ordinateurs portables et de connexion  Wi-Fi par rapport à la moyenne des personnes sondées.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...