Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

Tunisie: Les syndicats de Tunisair opposés à l’Open Sky

Les syndicats de Tunisair ont, lors d’une réunion tenue, jeudi au siège de la compagnie à Tunis, réitéré leur refus catégorique du Protocole d’accord sur l’Open Sky signé, récemment, entre la Tunisie et l’Union Européenne, affirmant que plusieurs mouvements de protestation seront observés pour dénoncer cette initiative.
Le secrétaire général de l’union régionale du travail de l’Ariana, Mohamed Chebbi a déclaré que cette décision unilatérale qui a été prise d’une manière improvisée, menace la pérennité de Tunisair et s’inscrit dans le cadre de la privatisation du secteur public.
Il a mis l’accent sur la nécessité de conjuguer les efforts pour sauver la société dont la situation actuelle ne lui permet pas d’entrer en concurrence avec les grandes compagnies aériennes, rappelant que de vains appels ont été adressés au gouvernement pour restructurer et réhabiliter la compagnie nationale.
Il existe, a-t-il dit, un plan orchestré pour frapper cette institution sous les diktats du Fonds monétaire international.
De son côté, le secrétaire général de la fédération générale du transport, Moncef Ben Romdhane a fait part de la détermination des syndicats de Tunisair d’organiser des meetings dans tous les aéroports tunisiens et des sit-in devant l’assemblée des représentants du peuple et à la place du gouvernement pour exprimer leur opposition à l’accord sur l’Open Sky.
Il a ajouté que les syndicats de Tunisair sont prêts à entamer des négociations avec la présidence du gouvernement en vue de parvenir à des solutions permettant de sauver la société.
A rappeler que la Tunisie et l’Union européenne ont signé, lundi, un protocole d’accord marquant la fin des négociations en matière de transport aérien.
L’accord sur l’open sky qui sera signé, ultérieurement, permettra, notamment, la libéralisation des services aériens entre les deux parties, l’amélioration de l’accès au marché pour les compagnies aériennes ainsi que la mise en place des niveaux les plus élevés en matière de sécurité, de sûreté et de protection de l’environnement.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...