Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 23 Janvier 2018

Maroc: Démantèlement de 80 cellules de trafic d'êtres humains et avortement de 50000 tentatives d'immigration clandestine en 2017

Les services de sécurité marocains ont procédé en 2017 au démantèlement de 80 cellules de trafic d'êtres humains et l'avortement de 50 mille tentatives d' immigration clandestine, a indiqué, mardi à Rabat, le directeur de la Migration et de la surveillance des frontières au ministère de l'Intérieur, Khalid Zarouali.
Cette approche sécuritaire vise à resserrer l'étau sur les réseaux criminels qui s'activent dans le trafic d'êtres humains, a souligné M. Zarouali qui s'exprimait lors des travaux du 35ème Forum des présidents des parlements d'Amérique centrale et des Caraïbe (FOPREL), notant que plus de 3.000 réseaux actifs dans ce domaine ont été démantelés depuis 2004.
La région du Sahel et du Sahara est devenue un terrain de chasse favori des réseaux criminels dont les activités se croisent avec celles des réseaux terroristes dans la région, a mis en garde le responsable marocain.
Outre leur participation à la contrebande de cigarettes et de cocaïne et à la prise d'otages, les organisations terroristes sont devenues également actives dans le trafic d'êtres humains, qui constitue une source importante de financement avec 175 millions de dollars générés chaque année, a-t-il précisé.
Il a, à cette occasion, souligné l'importance de la coopération internationale pour faire face aux défis sécuritaires liés au trafic d'êtres humains, ajoutant que le Royaume coopère avec ses partenaires régionaux pour adopter une stratégie unifiée de contrôle des frontières, basée sur la coopération Nord-Sud.
Le 35ème FOPREL prévoit plusieurs sujets portant sur la présentation d'exposés autour de l'expérience marocaine en matière de l'immigration, le respect des droits de l'Homme, la gestion des flux migratoires du point de vue sécuritaire, la situation de la migration intra-régionale en Amérique centrale, le Mexique et les Caraïbes, et l'adoption de la déclaration parlementaire conjointe sur "le rôle des parlements devant la migration intra-régionale", ainsi que les résolutions émanant de la 35ème session du Forum.
Créé en 1994, le FOPREL vise à renforcer la mise en place et l'harmonisation des législations des pays membres, et à élaborer des mécanismes de consultations entre les présidents des institutions législatives des pays membres pour faire face aux défis auxquels la région fait face.
Le FOPREL, que le Maroc a rejoint en 2014 en qualité d'observateur, connaît la participation des présidents des parlements des 10 pays membres d'Amérique centrale et des Caraïbes, à savoir le Guatemala, le Belize, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua, le Costa Rica, la République dominicaine, le Mexique, le Chili et Porto Rico.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

La reprise des privatisations a provoqué un conflit à la tète de l’Etat est ce que vous pensez que :

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-LPA: De nouvelles mesures incitatives garanties aux promoteurs immobiliers

  Le ministre a instruit, par la même occasion, les commissions des wilayas de remplacer les promoteurs immobiliers se trouvant en difficulté de réalisation ou dont les chantiers se trouvent à l'arrêt.

La politique économique algérienne sera présentée par Messahel à Davos

Pour l’Algérie, il s’agit d’une visite «business» car la recherche de financements extérieurs est toujours d’actualité ainsi que le projet d’adhésion à l’OMC.

82% de la richesse mondiale détenus par 1% de la population (rapport Oxfam)

Pour les pays en développement, l'évasion fiscale entraîne chaque année un manque à gagner estimé à 100 milliards de dollars.