Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 19 Février 2018

  •   APS
  • dimanche 22 octobre 2017 08:50

Algérie: La presse doit s'adapter à son nouvel environnement économique



Les propriétaires d’organes de presse gagneraient à s’adapter à l’environnement économique national actuel afin de se maintenir, a souligné samedi à Tizi-Ouzou le ministre de la Communication, Djamel Kaouane.
S’exprimant sur les difficultés financières rencontrées par certains médias, lors d’une conférence de presse tenue en marge d'une visite de travail dans la wilaya, M. Kaouane a observé qu’un organe de presse est un "projet éditorial mais aussi un projet économique".
"Un média n’est certes pas un produit purement commercial, mais il doit réaliser des chiffres et trouver des solutions alternatives", a-t-il soutenu, tout en espérant que les professionnels de la presse auront un "sursaut de lucidité" pour faire leurs bilans et penser à un nouveau format qui s’adapterait à la conjoncture économique et à l’évolution de la scène médiatique.
Le ministre de la Communication a observé qu’avec la démocratisation du pays et l’extension et l’accessibilité d’internent à haut débit, l’avenir est aux médias électroniques. Les éditeurs et journalistes des principaux titres sont très conscients de cette réalité, a-t-il dit.
Il a rappelé que la presse nationale a bénéficié d’un soutien indirect de la part des pouvoirs publics. "Ce soutien qui est un fait et une réalité vérifiables par des chiffres disponibles, a même profité à certains titres privés qui ont pignon sur rue et qui, de temps en temps, brocardent les pouvoirs publics, alors qu’ils ont longtemps et grassement bénéficié de la manne financière publique".
M. Kaouane a souligné que son département est pour des relations "apaisées" et de partenariat avec la presse qui est, pour lui, un élément important et un partenaire privilégié.
Il a rappelér qu’une soixantaine de journaux ont cessé de paraître depuis 2014. Toutefois, durant cette même période une trentaine de nouveaux titres ont été créés, a-t-il relevé, en indiquant que le paysage médiatique algérien reste "l’un des plus riches du monde avec plus de 150 titres ce qui exceptionnel".
Par ailleurs, le ministre de la communication a rappelé que la liberté de la presse est garantie par la Constitution.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Benflis ou pas Benflis ? Les Algériens très fans des pages religieuses FB étrangères.

Sondage

Vidéos

S.Djabelkhir: "Pas surpris par le rush des algériens sur les pages religieuses facebook étrangères"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Raouia annonce la révision en 2018 de la loi cadre des lois de finances

Les députés de l'APN avaient demandé lors des débats d'avancer l'année de référence de la loi de 3 à 1 an, estimant que la durée de trois ans pour présenter le projet de Règlement était "très longue".

Air Algérie, la filialisation et le transit ou la mort

«On devait lancer 13 lignes vers l’Afrique, notamment avec Ndjamena, Addis-Abeba,  Nairobi, Lagos, Johannesburg. Malheureusement, aucune ligne n’a été ouverte depuis», déplore Mohamed Salah Boultif.

"Le discours religieux officiel en Algérie n’est pas clair"- Said Djebelkhir (audio-vidéo)

En commentant l’étude menée par Fanzone-im.dz sur les pages Facebook religieuses suivies par les Algériens, Said Djabelkhir pense que « les Oulémas algériens ont importé un discours oriental mi-wahabite, mi-frères musulmans et ils ont combattu farouchement le soufisme et toutes les confréries locales ».