Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

Maroc:Les produits saisis lors du démantèlement d'une cellule terroriste sont utilisés dans la fabrication d’explosifs (Intérieur)

Les produits suspects saisis dans une “planque sûre” à Fès et dans une voiture appartenant à l’un des éléments arrêtés dans le cadre du démantèlement samedi dernier par le Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire national, de la cellule terroriste pro-Daech sont des liquides et poudres chimiques essentiels utilisés dans la fabrication d’explosifs que les membres de la cellule projetaient d’utiliser pour perpétrer leurs plans terroristes dans le Royaume, indique mercredi le ministère de l’Intérieur.
L’expertise scientifique menée par les services compétents sur les produits suspects saisis dans le cadre de cette opération a confirmé qu’”il s’agit de liquides et poudres chimiques essentiels utilisés dans la fabrication d’explosifs que les membres de la cellule projetaient d’utiliser pour perpétrer leurs plans terroristes dans le Royaume”, précise le ministère dans un communiqué.
La même expertise a démontré que certains de ces produits chimiques sont utilisés pour accélérer le processus d’explosion et intensifier son ampleur et que les extincteurs saisis sont remplis de matières explosives combinées de quantité de clous et de petites pièces de fer afin de causer des pertes humaines et des dégâts matériels d’envergure, ajoute la source, notant que les bonbonnes de gaz butane saisies lors de cette opération peuvent être utilisées en tant que cocktails Molotov pour amplifier l’intensité de l’explosion lors de l’exécution de leurs opérations terroristes.
L’expertise a également fait ressortir que les autres produits sont utilisés dans la fabrication de charges électriques nécessaires à la création de systèmes d’activation des engins explosifs.
Le ministère rappelle que le démantèlement de la cellule terroriste s’est soldé par la saisie d’armes à feu (trois pistolets et deux fusils de chasse), d’une quantité importante de munitions, de bombes lacrymogènes, de deux gilets destinés à la fabrication de ceintures explosives, de sacs comportant des pesticides toxiques, de bâtons électriques et télescopiques, d’appareils de télécommunication et d’armes blanches.

MAP
Maroc, terrorisme


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Les Yaici et "Saida", persévérance d’une famille et grandeur d’une marque

  Le groupe Saida, qui active aujourd’hui dans l’agroalimentaire sous la direction de Samir Yaici, prend de l’ampleur et étend sa présence dans le marché chaque jour un peu plus. Ses mots d’ordre ? La qualité et l’originalité.

"L’Algérie résiste mieux que les autres pays africains à la crise pétrolière" (rapport)

Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir.

"Le décret relatif au projet des 4000MW est illégal"-Badache (Audio-vidéo)

Le ministère de l’énergie n’a pas respecté son devoir d’impartialité en désignant Sonatrach et Sonelgaz pour participer au projet, selon M. Badache.