Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 19 Février 2018

L'évasion fiscale est encore prise à la légère en Tunisie (Secrétaire Général de l'UGTT)

Dans les plus vieilles démocraties du monde, l’évasion fiscale est considérée comme l’un des plus grands péchés, tandis qu’en Tunisie, elle est encore prise à la légère. C’est ce qu’estime le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi.
“Parmi les propositions formulées dans le cadre du projet de loi de finances 2018, nous avons suggéré de diviser le pays en régions fiscales de manière à assurer une certaine équité fiscale”, a ajouté Taboubi dans une interview exclusive accordée à l’agence TAP.
“Il est inadmissible, aujourd’hui, que le médecin exerçant dans le secteur public paye une taxe plus élevée que son homologue du secteur privé”, a-t-il regretté, appelant à la nécessité de renforcer le contrôle fiscal.
“Il est encore inconcevable que des personnes fassent fortune au détriment d’autres classes et que de surcroît ils manquent à leur devoir fiscal”, a-t-il insisté.
Le responsable syndical a souligné que l’UGTT défend les salariés mais aussi les entreprises, déclarant qu'”il est inadmissible, aujourd’hui, que les travailleurs ou les employés assument à eux seuls la charge fiscale, car ils sont soumis au prélèvement direct sur salaire”. Il appelle, à cet égard, à la nécessité de mettre en œuvre la loi incriminant l’évasion fiscale.
“L’UGTT demeure une force de proposition”, a-t-il lancé, mettant l’accent sur la nécessité d’engager des réformes structurelles afin de redresser les institutions économiques publiques et privées et de développer l’économie nationale.
“Le peuple tunisien ne doit aucunement rester l’otage de l’endettement extérieur dont on ignore ses répercussions”, a-t-il insisté.
Il a appelé à la nécessité de contrôler les entreprises exportatrices exonérées d’impôt, déclarant “nous soutenons l’exportation mais il faut s’assurer que ses recettes contribuent à l’augmentation des entrées de devises qui serviront à développer le tissu économique”.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Benflis ou pas Benflis ? Les Algériens très fans des pages religieuses FB étrangères.

Sondage

Vidéos

S.Djabelkhir: "Pas surpris par le rush des algériens sur les pages religieuses facebook étrangères"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Raouia annonce la révision en 2018 de la loi cadre des lois de finances

Les députés de l'APN avaient demandé lors des débats d'avancer l'année de référence de la loi de 3 à 1 an, estimant que la durée de trois ans pour présenter le projet de Règlement était "très longue".

Air Algérie, la filialisation et le transit ou la mort

«On devait lancer 13 lignes vers l’Afrique, notamment avec Ndjamena, Addis-Abeba,  Nairobi, Lagos, Johannesburg. Malheureusement, aucune ligne n’a été ouverte depuis», déplore Mohamed Salah Boultif.

"Le discours religieux officiel en Algérie n’est pas clair"- Said Djebelkhir (audio-vidéo)

En commentant l’étude menée par Fanzone-im.dz sur les pages Facebook religieuses suivies par les Algériens, Said Djabelkhir pense que « les Oulémas algériens ont importé un discours oriental mi-wahabite, mi-frères musulmans et ils ont combattu farouchement le soufisme et toutes les confréries locales ».