Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

Algérie: Le Conseil national de l'ordre des médecins émet réserves sur l'avant-projet de la loi sanitaire

Le président du Conseil national de l'ordre des médecins, Mohamed Bekkat Berkani a émis lundi à Alger des réserves sur l'avant-projet de la loi sanitaire se "félicitant que ce texte soit gelé".
"Il faut réfléchir ensemble à trouver des solutions consensuelles de manière à ne pas refaire l’erreur de l’avant-projet de la loi sanitaire.C’est un mauvais texte qui a été heureusement gelé par les  autorités", a relevé M.Bekkat-Berkani qui intervenait sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale.
Il a estimé que ce texte "doit être amélioré en procédant à une deuxième lecture", appelant à "ne pas faire l’erreur de reprendre ce texte, rédigé par deux ou trois personnes n'ayant aucun contact ni avec la réalité du terrain ni avec les possibilités de l’évolution de la médecine", a encore commenté M. Bekkat-Berkani. 
Pour lui, l'Algérie est arrivée à une situation "presque de blocage", relevant que "le système de santé publique n’est plus en mesure de fournir des prestations à la hauteur des exigences des populations". 
 Mettant l'accent sur la "nécessité de trouver des solutions rapides de façon consensuelle aux problèmes de la santé", il a affirmé que le Conseil qu'il préside est "un partenaire et un conseiller des Pouvoirs publics".
 "Nous avons déjà rencontré le nouveau ministre de la Santé et nous lui avons fait part de nos doléances, d’autant plus qu’il est un hospitalo-universitaire", a fait savoir M.Bekkat-Berkani, suggérant d'agir "rapidement car la situation de la santé est plus que critique du fait notamment de la déconsidération et du manque de sécurité du personnel médical et paramédical dans les espaces publics". 
Evoquant le volet formation dans le secteur,  il a noté que "la formation des médecins n’est pas satisfaisante et n’est pas assurée de façon moderne", regrettant en outre que "le médecin souffre du manque de moyens d’investigation, ce qui est indépendant de sa volonté".
Au sujet des médecins algériens formés en Algérie et qui exercent à l'étranger, M. Bekkat-Berkani a relevé qu'il s'agit d'une "grande hémorragie" pour le pays, expliquant le départ des médecins par "le manque de conditions sociales à même de les motiver à rester en Algérie".
Selon les chiffres qu'il a avancé, il y a près de 5 000 médecins algériens inscrits au Conseil de l’Ordre des médecins français, sans compter, a-t-il dit, les 10 à 20 000 autres médecins qui font des petits boulots dans des services d’urgence en France, ce qui est "dommageable à notre système de santé et à l’avenir du médecin algérien sans parler du désastre pour l’économie de l’Algérie qui forme des médecins pour d'autres pays".

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Les Yaici et "Saida", persévérance d’une famille et grandeur d’une marque

  Le groupe Saida, qui active aujourd’hui dans l’agroalimentaire sous la direction de Samir Yaici, prend de l’ampleur et étend sa présence dans le marché chaque jour un peu plus. Ses mots d’ordre ? La qualité et l’originalité.

"L’Algérie résiste mieux que les autres pays africains à la crise pétrolière" (rapport)

Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir.

"Le décret relatif au projet des 4000MW est illégal"-Badache (Audio-vidéo)

Le ministère de l’énergie n’a pas respecté son devoir d’impartialité en désignant Sonatrach et Sonelgaz pour participer au projet, selon M. Badache.