Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

La Tunisie importe 75.000 tonnes de blé dur, 50.000 tonnes de blé tendre et 50.000 tonnes d'orge fourrager

La Tunisie a finalisé, jeudi, l’importation de 75 mille tonnes de blé dur, 50 mille tonnes de blé tendre et 50 mille tonnes d’orge fourrager, a indiqué le directeur de l’approvisionnement à l’Office national des céréales (ONC), Abdessattar Fehri, dans une déclaration à l’agence TAP.
Fehri a précisé que le marché relatif au blé dur a été remporté par les multinationales Casillo Commodities et Euro Agricola à un prix de l’ordre de 285 dollars la tonne. Celui relatif au blé tendre a été attribué au groupe Cofco, à 208 dollars la tonne. Le marché relatif à l’orge fourrager a été conclu avec la société Glencore, à 209 dollars la tonne.
Abdessattar Fehri a fait remarquer que la Tunisie a importé jusque-là près de 90% des quantités prévues par le programme d’importation fixé pour l’année 2017, faisant savoir que le pays importe 40% de ses besoins en blé dur, 85% de ses besoins en blé tendre et 50% en orge fourrager.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie – Le syndicat UGTT trace "cent mille lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur échec aux entreprises publiques. Il a dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, font croire à l'opinion publique que le secteur public "est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse...

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.