Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

Tunisie: Des partis forment une “coordination en dehors du pouvoir” pour “défendre le pluralisme”

Des partis politiques centristes, nationalistes et islamistes ont annoncé la formation d’une “coordination de partis en dehors du pouvoir” qui “défend le pluralisme”, “prône la démocratie” et se propose de participer à la révision de la législation organisant les partis en Tunisie.
Selon un communiqué de la coordination, les partis réunis samedi à Tunis ont “discuté du projet du gouvernement visant l’élaboration du nouveau cadre juridique régissant les partis politiques”. Ont pris part à la réunion, les partis du Front populaire unioniste, d’Al Wifak (le consensus), d’Al Yassar Al Hadith (gauche moderne), d’Arrafah (le bien être), de Tounès Ezzeitouna, du Courant écologique pour la coexistence pacifique et d’Al-Oumma.
Parmi ces partis, le Front populaire unioniste est d’obédience nationaliste arabe nassérien. Al Wifak se définit comme étant ” un parti Centriste nationaliste plaidant pour un projet de Société, visant à l’approfondissement de la démocratie et de la citoyenneté “.
Le parti Arrafah qui se dit islamiste moderniste, a appelé lors de la première réunion de son comité constitutif à Sfax à l’organisation d’un référendum sur la polygamie pour “contrer le mariage coutumier dans la société tunisienne”.
Légalisé en février 2014, le parti ” Tounès Ezzeitouna “, une petite formation rigoriste, a pour programme; le droit à la polygamie, l’interdiction de l’adoption parentale, le rétablissement des juridictions choraïques, assorti de l’application de la Charia, et la séparation entre garçons et filles dans les établissements d’enseignement.
Le Courant écologique pour la coexistence pacifique dont l’annonce de création a été faite, le 4 septembre dernier, par le ministère de la Relation avec les Instances constitutionnelles et la société civile porte à 208 le nombre des partis en Tunisie.
Le ministère de la Relation avec les Instances constitutionnelles, la Société civile et des Droits de l’Homme avait annoncé le lancement le 12 septembre dernier d’une consultation nationale sur l’élaboration d’un nouveau cadre juridique régissant les partis politiques conformément aux standards internationaux.
Selon le ministère, la consultation sera consacrée à l’examen des principaux obstacles entravant l’application du décret-loi n°87 de l’année 2011 portant organisation des partis politiques.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole- La reconduction de l’accord de réduction de la production se ferait après une interruption de quelques mois

« Tout porte à croire que l’accord sera reconduit vers la fin de l’année 2018 et qu’aucune décision ne sera prise, dans ce sens, à la réunion de l’Opep de novembre prochain », indiquent des sources citées par Reuters qui précisent qu’une telle décision sera prise en fonction de la situation du marché.

Maroc - Le PIB du tourisme a progressé de 5% en 2016 (HCP)

Selon une note d'information du Haut Commissariat marocain au Plan, la contribution du tourisme au PIB marocain est, en revanche, restée presque stable en 2016, par rapport à 2015 (6,6% contre 6,5%).

Horst Köhler en tournée dans la région : l’ONU reprend sa médiation dans le dossier sahraoui

L’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, qui a rencontré le roi du Maroc mardi, a discuté hier avec les responsables sahraouis des moyens de relancer les négociations de Manhasset interrompues en 2012.