Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

Tunisie: Rassemblement du personnel de l’ARP en protestation contre “la politisation de l’assemblée”

Le personnel administratif de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a organisé, lundi, un rassemblement devant le parlement alors que se déroulait une plénière consacrée à l’examen d’un certain nombre de projets de loi.
Parmi ces projets figurent, notamment, la proposition d’amender et de compléter le règlement intérieur approuvée, en juin dernier, par la Commission du règlement intérieur, de l’immunité et des lois parlementaires et électorales.
Dans une déclaration à l’agence TAP, le secrétaire général du syndicat de base des agents de l’ARP, Abdelbasset Hasnaoui, a indiqué que le rassemblement intervient en protestation des agents et fonctionnaires du parlement contre la politisation de l’administration de l’ARP en adoptant des propositions d’amendement des articles 3 et 48 relatifs à la gestion administrative du parlement.
“Cette initiative vise à soumettre l’administration et le personnel au pouvoir politique du bureau de l’ARP”, a-t-il estimé, précisant que celui-ci “exerce, actuellement, un pouvoir de contrôle qui se transformera en vertu de ces amendements en un pouvoir de décision”.
Selon le secrétaire général, l’ingérence du bureau de l’ARP dans les nominations, promotions et la situation administrative des agents est contraire aux dispositions de l’article 15 de la Constitution. Ce dernier stipule que l’administration publique est au service du citoyen et de l’intérêt général. Son organisation et son fonctionnement sont soumis aux principes de neutralité, d’égalité et de continuité du service public, conformément aux règles de transparence, d’intégrité, d’efficacité et de redevabilité.
Selon Hasnaoui, cette ingérence va “politiser l’administration et l’instrumentaliser à des fins partisanes”.
De son côté, l’élu du mouvement Nidaa Tounes, Lotfi Nabli, a souligné que plusieurs députés comptent faire annuler ces “amendements inconstitutionnels, n’ayant aucune référence logique, et portant atteinte à l’indépendance du service public”.
La Commission du règlement intérieur, de l’immunité et des lois parlementaires et électorales avait approuvé, le 15 juin dernier, la version définitive des propositions d’amendement amendant et complétant le règlement intérieur de l’ARP. Ces amendements devraient entrer en vigueur à l’ouverture de la session parlementaire ordinaire 2017-2018.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.