Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

Tunisie:Le projet de budget de l'Etat pour 2018 sera axé sur la maitrise de la pression fiscale (conseiller)

Le conseiller auprès du chef du Gouvernement, Fayçal Derbel a déclaré, jeudi, que le gouvernement envisage d’axer le projet de budget de l’Etat pour l’exercice 2018, sur des mesures visant à consacrer la justice fiscale, lutter contre l’évasion fiscale et réduire la pression fiscale.
Derbel a ajouté, dans une déclaration à l’agence TAP, en marge de la première réunion du Conseil national des Normes des Comptes Publics (CNCCP), que le gouvernement a entamé l’élaboration du projet de budget de l’Etat pour l’année prochaine.
Il a refusé, toutefois, d’entrer dans le détail et de se prononcer sur l’intention du gouvernement d’augmenter la TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) de 18 à 20% en 2018.
Le conseiller auprès du chef du Gouvernement a précisé que “les données spécifiques à l’exécution du budget, jusqu’au mois d’avril 2017, ne font pas ressortir de grandes différences entre les prévisions du budget de l’Etat pour l’exercice 2017 et les réalisations”.
Derbel estime, en tant qu’expert fiscal (son vis n’engage pas le gouvernement), qu’il y a possibilité de promulguer, à fin juin, (premier semestre), une loi de finances complémentaire pour l’année 2017, si des écarts s’avèrent entre les engagements et les réalisations du budget de l’Etat pour cette année, relevant que “si cette loi sera promulguée, elle comportera uniquement des mesures spécifiques au budget et non des mesures à caractère fiscal”, a-t-il conclu.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

Le système Haddad, ou comment imposer une dîme sur les grands projets

De révélation en fuite, le système Haddad apparait au grand jour : une immense nasse qui permet au patron du FCE de percevoir une dîme sur tous les grands marchés.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».