Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 28 Mai 2017

La BAD se dit "très satisfaite" des réformes économiques engagées par l'Algérie

La Banque africaine de développement (BAD) a exprimé jeudi sa "très grande satisfaction" quand à la concrétisation des réformes économiques en Algérie en s'engageant à renforcer ses financements au profit des programmes d'investissements pour aider le pays à concrétiser la mise en oeuvre du nouveau modèle de croissance.
"Nous sommes très satisfaits des réformes sur le terrain. Les mesures (de réformes) annoncées ont été effectivement engagées", a soutenu le Représentant résidant de cette banque régionale à Alger, M. Boubacar Sidiki Traore, lors d'une conférence de presse.
Ces réformes, a-t-il affirmé, incitent la BAD à approfondir son partenariat stratégique avec l'Algérie.
La "parfaite cohérence" entre les projets algériens engagés et les cinq priorités de la BAD (électrification, nutrition, industrialisation, intégration et amélioration des conditions de vie en Afrique), l'adoption du nouveau modèle économique ainsi que la vision de l'Algérie pour 2035
sont des facteurs qui militent pour l'approfondissement d'un "partenariat de qualité" avec l'Algérie, a-t-il poursuivi.
Evoquant le prêt préférentiel de 900 millions d'euros accordé par la BAD à l'Algérie en 2016, M. Traore a fait valoir que ce crédit n'avait été octroyé qu'après que la cette institution financière africaine ait eu des "engagements fermes" du pays à poursuivre les réformes économiques.
"Un appui budgétaire vise essentiellement à appuyer des réformes. L'Algérie s'est engagée dans des réformes profondes pour diversifier son économie. Elle a pris des engagements fermes avec la BAD pour concrétiser cette diversification. Les 900 millions d'euros ont été mis à la disposition du gouvernement sur la base de ses engagements", a-t-il expliqué en précisant que ce prêt "n'est pas un chèque à blanc" puisque la BAD suit attentivement la mise en oeuvre de ces réformes.
A ce propos, il a fait savoir qu'une mission de la BAD, composée de 12 experts, a achevé jeudi une mission de supervision des réformes en Algérie. Ces experts ont consulté plusieurs administrations algériennes dont le ministère des Finances avec ses différentes structures, le Trésor public et la Banque d'Algérie essentiellement pour vérifier l'exécution sur le terrain d'une trentaine de réformes financières et économiques comme l'augmentation des ressources fiscales ordinaires, la rationalisation des dépenses budgétaires, le développement de la compétitivité des entreprises, l'amélioration du climat des affaires et le soutien des PME. Selon lui, cette délégation de la BAD a été "très satisfaite de la mise en ouvre de ces réformes".
Dans ce sillage, il a indiqué que la BAD avait annoncé sa volonté de participer au financement des investissements de la Société nationale de l'électricité et du gaz (Sonelgaz) dès l'année en cours, en réponse "à une requête du gouvernement algérien".
Sollicitée également par les autorités algériennes pour accompagner le plan d'investissements de la Sonatrach, l'institution financière africaine n'a cependant pas encore eu de rapport direct avec les responsables de la compagnie pétrolière nationale, a-t-il ajouté.
Pour rappel, la BAD avait décaissé en décembre 2016 un appui budgétaire de 900 millions d'euros pour financer le programme algérien d'appui à la compétitivité industrielle et énergétique.
Il s'agit d'un prêt accordé à des conditions "exceptionnellement avantageuses", selon M. Traore, à savoir un taux d'intérêt inférieur à 2% et un remboursement sur 20 ans avec un différé de cinq ans. Pour M. Traore, ce prêt est autant bénéfique pour la BAD qu'il l'est pour l'Algérie.
"Pour nous (BAD), c'est une marque de confiance inestimable. Quand l'Algérie, un pays respecté par le monde entier, emprunte auprès d'une banque comme la nôtre, nous sommes doublement gagnants, car cela prouve que la BAD est une institution régionale solide", s'est-il réjoui.

APS


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Un navire espagnol chargé de sable du Sahara Occidental bloqué à Palma

Un navire espagnol chargé de 35.000 tonnes de sable en provenance du Sahara Occidental a été bloqué aux Baléares sur plainte d'une association espagnole. L’affaire intervient après celle des deux navires chargés de phosphates bloqués en Afrique du Sud et au panama.

Algérie- Deux ministères pour la mise en œuvre du mégaprojet solaire de 4.050 MW

Le nouveau ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni qui vient d’être installé en remplacement de Noureddine Bouterfa a révélé que le méga projet solaire photovoltaïque de l’Algérie de 4.050 MW sera mis en service conjointement avec le nouveau ministère dédié à l’Environnement et aux énergies renouvelables.

Maroc- Le Procureur du roi ordonne l’arrestation du leader du mouvement populaire d’Al Hoceima (vidéo)

Le procureur général du roi près la Cour d’appel d’Al Hoceima a ordonné, vendredi soir, l'arrestation du leader du mouvement Hirak Chaabi Nasser Zefzafi, pour enquête avant de le déférer devant le parquet, pour « entrave à la liberté du culte dans la mosquée Mohammed V à Al Hoceima ».