Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 28 Mai 2017

Tunisie:Le FP dénonce l’option du président de la République pour la “militarisation”

Le Front populaire (FP) a dénoncé “l’option du président de la République Béji Caid Essebsi pour la militarisation”, en allusion à la décision annoncé lors de son discours mercredi au Palais des congrès de Tunis, de charger l’Armée de la protection des sites de production. Selon le Front, Caid Essebsi s’est ainsi autoproclamé l’unique autorité dans le pays, sans aucun soutien constitutionnel ou juridique.
Dans une déclaration publiée jeudi, à l’issue de la réunion de son conseil central, le Front estime que cette décision ne correspond pas aux prérogatives attribuées à l’Armée. De plus elle est de nature à disperser ses efforts de lutte contre le terroriste et de protection des frontières sud du pays. Le FP considère qu’une telle démarche fait, en outre, porter la responsabilité de l’échec de la coalition gouvernementale aux militaires.
Caid Essebsi a cherché à incriminer les protestations sociales pacifiques légitimes en les confondant avec certains mouvements illégitimes, regrette le Front dans sa déclaration.
Et d’ajouter que le discours du président de la République ne comporte pas des “décisions sérieuses” en mesure de résoudre la crise du pouvoir qui affecte, selon le Front, les trois présidences pour atteindre, au cours de la dernière période, les instances constitutionnelles.
Le discours a été une déception pour les Tunisiens, les jeunes en particulier dans la mesure où il ne porte aucune vision pour remédier à la crise économique accrue et ses graves conséquences sociales. D’autant que Caid Essebsi n’a exprimé aucun engagement en termes de lutte contre la corruption, l’endettement, l’évasion fiscale et la contrebande, ajoute le front, déplorant l’attachement du Chef de l’Etat à faire passer la loi de réconciliation économique.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Un navire espagnol chargé de sable du Sahara Occidental bloqué à Palma

Un navire espagnol chargé de 35.000 tonnes de sable en provenance du Sahara Occidental a été bloqué aux Baléares sur plainte d'une association espagnole. L’affaire intervient après celle des deux navires chargés de phosphates bloqués en Afrique du Sud et au panama.

Algérie- Deux ministères pour la mise en œuvre du mégaprojet solaire de 4.050 MW

Le nouveau ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni qui vient d’être installé en remplacement de Noureddine Bouterfa a révélé que le méga projet solaire photovoltaïque de l’Algérie de 4.050 MW sera mis en service conjointement avec le nouveau ministère dédié à l’Environnement et aux énergies renouvelables.

Maroc- Le Procureur du roi ordonne l’arrestation du leader du mouvement populaire d’Al Hoceima (vidéo)

Le procureur général du roi près la Cour d’appel d’Al Hoceima a ordonné, vendredi soir, l'arrestation du leader du mouvement Hirak Chaabi Nasser Zefzafi, pour enquête avant de le déférer devant le parquet, pour « entrave à la liberté du culte dans la mosquée Mohammed V à Al Hoceima ».