Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 28 Mars 2017

Maroc:Mohammed VI lance une zone industrielle à Tanger dédiée aux industriels chinois

Le roi du Maroc a présidé lundi à Tanger (nord du pays) la cérémonie de présentation du projet de création d'une zone industrielle à Tanger totalement vouée aux industriels chinois, baptisée "Cité Mohammed VI Tanger Tech".
Ce projet de ville industrielle sur 2.000 hectares est lancé par le groupe chinois HAITE, basé à Chengdu, qui a signé, le 12 mai 2016 dans la capitale chinoise, Beijing, un mémorandum d'entente avec le Maroc, en vue de renforcer le partenariat stratégique liant les deux pays.
Il s'agit d'un vaste parc industriel et commercial, qui nécessite un investissement d'environ 10 milliards de dollars et prévoit la création de 300.000 emplois directs et indirects. Ce méga-investissement devrait permettre à de nombreuses entreprises chinoises de s'installer dans le royaume pour produire et vendre à l'international, notamment en Afrique. De même, 6.000 personnes hautement qualifiées seront formées annuellement, ce qui renforcera le développement des innovations technologiques du Maroc.
Cette dynamique dans la coopération bilatérale est tournée vers des secteurs à fort potentiel de création d'emplois et de valeur ajoutée, tels que l'automobile, le textile et l'aéronautique, mais aussi l'électroménager et la logistique.
L'objectif est de baliser le terrain aux entreprises chinoises afin qu'elles s'implantent davantage dans le royaume et en Afrique.
Selon le président du groupe HAITE, Li Biao, ce nouveau projet, soutenu par l'industrie de fabrication de pointe et l'industrie moderne de service, implique l'installation de 200 compagnies chinoises opérant dans la fabrication automobile, l'industrie aéronautique, les pièces de rechange d'aviation, l'information électronique, les textiles, la fabrication de machines et d'autres industries.
Le choix de Tanger pour abriter cet investissement est motivé par la position géographique stratégique de la ville, en tant que porte d'entrée vers l'Afrique et l'Europe. Située à 15 km de l'Europe, à la fois sur la côte atlantique et méditerranéenne, la ville du Détroit, comme l'appelle les Marocains, s'est dotée d'infrastructures solides qui la prédisposent à s'ériger en une zone à fort potentiel de croissance et de développement.
Tanger est le deuxième pôle économique du Maroc après Casablanca. L'activité industrielle de Tanger est diversifiée : industries textiles, chimiques, mécaniques, métallurgiques et navales. La ville dispose actuellement de quatre zones industrielles dont deux ont un statut de zone franche : la zone franche de Tanger et la zone franche portuaire. Aujourd'hui, grâce aux nouveaux projets industriels, on assiste à une forte implantation des secteurs émergents tels que les composants automobiles et aéronautiques, les nouvelles technologies de l'information et de la communication ainsi que l'agro-industrie.

Xinhua


Évaluer cet élément
(8 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Très mauvaise nouvelle pour l'Algérie en voie de renaissance industrielle qui voit à sa porte se poser et s'opposer directement un concurrent chinois redoutable qui a déjà mis des milliers d'usines européennes à la casse, et de plus les Chinois ne s'arrêteront pas là, ce n'est qu'une entrée en matière. Nos dirigeants se rendent ils compte de ça?

    Rapporter LAtelier de lAfrique mardi 21 mars 2017 00:32
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Face à "l'école de l'échec", le Pr Chemseddine Chitour appelle à une "révolution des jeunes"

Les industriels étaient absents au Forum de l'industrie algérienne (FIA) mais cela valait le détour avec un Chemssedine Chitour très pessimiste qui a changé de thème pour dénonçant "l'école de l'échec" et appeler à une "révolution des jeunes".

Ratage : Un Forum sur l’industrie algérienne sans les industriels nationaux

   Ce devait être un grand événement réunissant les grands noms de l’industrie algérienne. Cela n'a pas été le cas. Aucun industriel n’a été présent ou représenté. Le "Forum sur l'industrie algérienne est devenu une simple rencontre d’experts.

Mahieddine Tahkout, le punching ball de l’échec industriel algérien (Opinion)

  La controverse autour de l'usine Tahkout a révélé l’indigence du projet industriel du gouvernement de M. Abdelmalek Sellal, mis en musique par Abdesslam Bouchouareb.