Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

Les crimes contre l'humanité incluent les massacres de masse perpétrés en Afrique ou en Algérie (Benjamin Stora)

Les crimes contre l'humanité "incluent les massacres de masse perpétrés en Afrique ou en Algérie", a affirmé vendredi l'historien français Benjamin Stora, rappelant que les historiens ont apporté la preuve des massacres de la colonisation.
"Les ‘crimes contre l’humanité’ incluent aussi bien des génocides comme la Shoah ou celui des Arméniens que des massacres de masse comme ceux qui ont été perpétrés en Afrique ou en Algérie", a précisé le spécialiste de l'histoire de la colonisation française dans une interview au quotidien Le Parisien, indiquant que cela fait longtemps que les historiens en ont apporté la preuve.
"(...) Cela fait très longtemps que les historiens ont apporté la preuve de massacres, de crimes, de tortures durant la longue période de la colonisation", a-t-il dit, rappelant qu'en 1959, Michel Rocard publiait un rapport concluant à des déplacements de 2 millions de paysans en Algérie.
Cependant, a-t-il fait remarquer la France a construit un système juridique "qui fait qu'aucune plainte ne peut aboutir et que cette période ne peut être jugée", expliquant qu'en raison des lois d'amnistie votées dans les années 1960, "aucune plainte ne peut aboutir".
Pour lui, seules des poursuites devant des tribunaux internationaux "pourraient débloquer le processus".
Il a relevé qu'en France, "dès que l'on prononce les mots ‘crimes contre l'humanité’, le débat se clôt ou se politise", soulignant qu'il est "quasiment interdit" d'évoquer tout acte de violence commis par la France pendant la colonisation.
Il a indiqué, dans ce contexte, qu'en matière de colonisation, "la France a bâti un faux modèle républicain : elle a proclamé le principe d'égalité mais ne l'a que rarement mis en pratique", soutenant que la colonisation est devenue un "marqueur identitaire" comme l'esclavage pour les Noirs. "C'est une question historique aux conséquences politiques très vivaces", a-t-il dit.

APS


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • La position prise par M Macron l'honore. Nul n'avait osé, à ma connaissance, avant lui, mettre "les pieds dans le plat" à l'exception peut être de W. Brandt en Pologne, dans une autre affaire aussi effrayante. M. Macron reçoit ce faisant ses premiers galons d'Homme d'Etat. Qu'on le veuille ou non, la colonisation a été, en principe, un "meurtre de civilisation".(Au secours, Huntington) Cela ne "gommera" jamais les multiples tragédies qui, bien souvent; de part et d'autre, ont accompagné le déroulement de l'histoire .
    Jean Pierre DALOZ, Doyen honoraire de Faculté.

    Rapporter DALOZ Jean--Pierre, Doyen honoraire de Faculté vendredi 17 février 2017 22:48
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.