Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

Algérie:La superficie réservée à l’oléiculture dans la wilaya de Souk-Ahras étendue à 8500 hectares

La superficie réservée à l’oléiculture dans la wilaya de Souk-Ahras s’est étendue à 8500 hectares, au cours de la saison agricole actuelle, contre 4.600 hectares durant les trois dernières années, a-t-on appris auprès de la direction locale des services agricole (DSA).
Selon le chef de service de la production et du soutien technique auprès de la DSA, M. Mohamed-Hamza Kamel, la nouvelle surface oléicole totalise 1,5 million d’oliviers, dont 680.000 productifs.
Il a ajouté que la concrétisation du programme de plantation d’olivier, arrêté par les services agricoles en coordination avec la conservation locale des forêts, ainsi que l’accompagnement des oléiculteurs, à travers des sessions de formation axées sur l’itinéraire technique dans le domaine oléicole ont favorablement contribué à l’augmentation de la surface oléicole.
Traditionnellement concentrée dans les communes du nord de la wilaya de Souk-Ahras, l’oléiculture "gagne du terrain et se pratique, de plus en plus, dans les localités arides de la région Sud, d’Oued Keberit, Terraguelt et d’Oum El-Adhaïm, pour atteindre une superficie de 800 hectares, à la faveur de gigantesques efforts déployés pour booster cette filière, a encore souligné le même responsable.
Plusieurs facteurs ont concouru au développement de la filière oléicole dans cette wilaya, dont la concrétisation des divers programmes inscrits dans le cadre du Fonds national de développement rural, les projets de proximité pour le développement rural, et le programme du Haut commissariat au développement de la steppe, a-t-on encore soutenu.
La superficie globale de la filière oléicole de la wilaya s’étend sur une multitude de localités, à l’instar d’Ouled Moumen, Khedara, Merahna, Haddada, et Sidi Fredj, ainsi que Drea, M’daourouch, Tiffech, Bir Bouhouche, et Oum El-Adhaîm, note le même responsable, rappelant que la technique d’irrigation goûte à goûte a touché jusqu’à présent, pas moins de 800 hectares des superficies réservées à l’oléiculture.
Pas moins de 4 000 hectares ont permis la cueillette de 104.880 quintaux d’olives, à l’issue de la dernière campagne, dont 26.220 quintaux d’olives de table et 78.660 quintaux destinés à l’extraction de l’huile d’olive, relève M. Kamel.
Par ailleurs, ce programme de plantation d’oliviers a favorisé l’amélioration des revenus des petits agriculteurs, la création de nouveaux emplois et la fixation des habitants dans leurs régions tout en oeuvrant à conserver le couvert végétal de plusieurs zones dans la wilaya.

APS

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.