Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 29 Avril 2017

Algérie-Anniversaire de l'UMA: Bouteflika adresse des messages de félicitations aux dirigeants Maghébins

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika,a adressé des messages de félicitations aux dirigeants des pays de l'Union du Maghreb Arabe (UMA) à l'occasion du 28e anniversaire de sa création.
Le Président Bouteflika a adressé des messages de félicitations au roi du Maroc, Mohammed VI, au président tunisien, Beji Caid Essebsi, au président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, et au Chef du gouvernement d'entente nationale de Libye, Fayez Al-Sarraj.
Dans ces messages, le Président Bouteflika a présenté aux dirigeants maghrébins ses vives félicitations et ses meilleurs vœux de santé et de bien être et à leurs peuples "davantage de progrès et de prospérité".
La célébration de cet anniversaire est "l'occasion de rappeler les espérances de nos peuples maghrébins à un édifice commun à même de répondre à leurs aspirations au développement et au progrès et de contribuer à faire entendre la voix de notre Maghreb arabe au sein des différents ensembles régionaux et continentaux actuels", a indiqué le président de la République.
"Il est vrai que l'UMA est appelée, aujourd’hui, à consentir davantage d'efforts en vue de réaliser les objectifs du traité de Marrakech, traité fondateur de l'union", a souligné le chef de l'Etat.
Le Président Bouteflika a également réaffirmé "la détermination et la disposition de l'Algérie, peuple et dirigeants, à œuvrer de concert avec l'ensemble des peuples et dirigeants maghrébins frères pour la consolidation de la place de l'UMA et en faveur de l'unité de la Nation Arabe et de l'Union Africaine et de la paix, la sécurité et la stabilité dans l'espace méditerranéen".

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • C’est donc le 17 février 1989, que fut créée l’Union du Maghreb Arabe et force est d’admettre que 28 ans après sa création, la construction de l’UMA reste un vœu-pieux et un projet politique en sommeil.

    Même sa date anniversaire ne sert que d’occasion médiatique à BOUTEFLIKA pour l’envoi de messages d’amabilités et de vœux renouvelés à l’identique chaque année, et ce depuis son accession à la magistrature suprême en 1999

    Que dire de l’UMA si non de dire que c’est le rêve commun des peuples du Maghreb depuis les années 1930 et que nos hommes politiques, après plus d’un demi siècle de décolonisation, n’ont toujours pas réussis à concrétiser.

    Après avoir dit cela, il ne me reste plus qu’à dire qu’à titre personnel, le 17 février correspond dans ma vie à deux anniversaires majeurs qui sont :
    1- L’anniversaire de l’illégale affaire de la liquidation judicaire abusive et criminelle de mon entreprise d’ingénierie informatique familiale, prononcée à mon insu, le 17 février 1992, par la mafia du tribunal de commerce de Paris, pour des raisons de ségrégation raciale et d’innovation en monétique et documents biométriques.
    2- L’anniversaire de mon retour au pays, le 17 février 2006, après un exile forcé de plus de 13 ans.

    Pour ceux qui l’ignorent, j’ai quitté mon pays l’Algérie avec mes propres moyens, en 1970, pour faire des études cinématographiques en Italie, mais le destin avait décidé autrement, puisque c’est à Paris que j’allais m’installer, travailler en qualité d’informaticien et poursuivre des études cinématographiques.

    En 1986, fort de 13 ans d’expérience en informatique de gestion, j’ai créé ma propre société de services et d’ingénierie informatique, avec l’ambition affichée de la hisser, par le levier de l’innovation, au Premier rang des SSII françaises. J’avais les moyens de mes ambitions, j’avais plus que de l’argent, j’avais des idées justes et des projets judicieux dont je présentais avec certitudes le succès à l’échelle internationale. Parmi ces projets les technologies de la biométrie appliquées entre-autres à la sécurité accès et aux cartes bancaires et aux documents d’identités biométriques.

    En 1989, mes investissements en biens d’équipements informatiques, allaient attirer l’attention du directeur commercial du fabriquant informatiques BULL, Mr TORDJMANE, sur mes projets en traitement de l’information. Devant mon refus de m’associer au fabriquant BULL et au Groupe Français d’Informatique (GFI), Mr TORDJMANE allait déclencher une conspiration visant à obtenir par des méthodes déloyales et crapuleuse la liquidation judiciaire de mon entreprise et ainsi pouvoir m’asservir à vil prix.

    Pour m’être montré résistant et combatif, mon entreprise fut liquidée à mon insu, le 17 février 1992, par le Tribunal de Commerce de Paris et ce bien que mon entreprise était parfaitement viable, bénéficiaire, sans dettes et de surcroit disposant de solides actifs financiers en banque et poste-clients s’élevant à plus de 1.700.000 Francs et d’actifs immatériels (logiciels) estimés au bas mot à 50 Millions de Francs, soit l’équivalent de 10 Millions d’Euros lors des faits.

    Il convient de préciser que la liquidation judiciaire de mon entreprise devait permettre au tribunal d d’offrir sur un plateau à une financière en formation dénommée Société Française Financière de Développement et de Participation (SFFDP) la prise de contrôle sur mon entreprise par augmentation de capital, ce que j’ai refusé catégoriquement d’accepter.

    Devant les délires de la justice consulaire parisienne, j’ai préféré rentrer en Algérie où j’ai très vite obtenu le soutien du Président Mohamed BOUDIAF, mais son tragique assassinat survenu le 29 juin 1992, all ait mettre un terme à mon projet de créer à Alger une entreprise pour exploiter mes inventions. La suite fut pour moi aussi tragique que la tragédie qu’a vécue mon pays. Voilà résumé l’affaire de l’illégale liquidation judicaire de mon entreprise un 17 février 1992

    Le 17 février 2006, date de mon retour d’exile, j’étais à mille lieux de penser que j’allais, d’une part, découvrir que les traces de ma demande brevet auprès de l’INAPI ont été effacées en 1995 et d’autre part, de voir des rapaces, cupides, stupides, moralement décadents et dénoués de tout bon sens commun s’empresser de créer la société HB Technologies pour commercialiser mes inventions.

    Je ne suis pas du genre d’homme qui se plaint des coups qu’il peut recevoir de la part de ses adversaires, parce que je suis de nature un combatif encaisseur- puncheur.

    Mais lorsque j’ai à faire à des personnes crapuleuses du genre de celles qui sont derrière la société HB TECHNOLOGIES, je ne peux que nourrir envers elles un sentiment de mépris qui m’autorise à les dénoncer publiquement car ils sont nuisibles à la nation. Ces gens se sont comportés avec moi exactement comme se sont comportés les colons français avec nos dignes et fiers aïeux

    Qui est derrière HB TECHNOLOGIES ?

    Réponse : Saïd BOUTEFLIKA, Rachid HAMIDOU, Ahmed OUYAHIA, NOURDDINE YAZID ZERHOUNI et consorts

    Pour conclure, je m’autorise à emprunter au poète chinois YAN SOF GUET ZEN cette maxime : « par les gènes et les gênes que m’ont occasionné les sans-gêne, j’ai appris de la vie parole et musique, finances arts martiaux et politique »

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB31 et applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE samedi 18 février 2017 09:09
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie :"L’augmentation du taux d’intérêt directeur n’aura pas un impact significatif sur la dépréciation du dinar"

Pour l’universitaire Fatma Marrakchi Charfi, les dernières mesures prises par le conseil ministériel restreint pour propulser l’épargne à travers l’augmentation du taux d’intérêt n’aura pas un impact significatif sur la dépréciation de la monnaie nationale et ce « parce que le pays a un taux d’intérêt réel négatif ».

Le CPP regrette Mélenchon et vote contre Hamid Grine (audio-vidéo)

Le Café presse politique a anticipé la relation Algérie-France sous une présidence Macron qui se dessine. Et boycotté les législatives dans son menu.

Tunisie- Le taux de chômage des diplômés du supérieur a doublé depuis 2005 (étude)

“La probabilité de chômage des diplômés du supérieur est supérieure à celle de la main d’œuvre active en général”.