Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Avril 2017

Tunisie:Grève générale à Meknassi (Sidi Bouzid)

Une grève générale a été organisée jeudi dans la délégation de Meknassi (gouvernorat de Sidi Bouzid) à l’appel de l’Union Locale du Travail (ULT) pour revendiquer le droit à l’emploi et au développement.
Les institutions publiques ont été fermées à l’exception des établissements de santé et les locaux de commerce privés, a constaté le correspondant de la TAP dans la région. Des habitants de Meknassi se sont rassemblés devant le siège du local de l’ULT avant de parcourir, dans une marche organisée, les artères principales de la ville scander des slogans appelant à la démission du gouverneur. Ils ont dénoncé la politique d’atermoiement adoptée par le gouvernement face aux revendications des habitants de la délégation et les agissements des forces sécuritaires, qualifiés de violents, contre les manifestants.
L’Union régionale du Travail (URT) à Sidi Bouzid avait revendiqué dans un communiqué, publié mercredi, la tenue d’un conseil ministériel pour assurer un suivi des décisions prises lors des réunions précédentes et trouver les solutions adéquates aux problèmes de développement et de l’emploi à Meknassi. L’URT a fait part de son appui et soutien aux mouvements pacifiques pour revendiquer le droit à l’emploi et au développement.
Pour sa part, le comité régional du parti des travailleurs à Sidi Bouzid avait appelé dans un communiqué à la démission du gouverneur de la région et du chef de district de la sécurité nationale suite aux actes de violence et des arrestations perpétrés mardi contre des jeunes de Meknassi qui étaient en sit-in devant le siège du gouvernorat.
La délégation de Meknassi avait annoncé, depuis le 30 décembre dernier, une désobéissance civile à l’appel de l’Union locale du travail. Les activités des différents établissements publics sont entravées jusqu’à résoudre le problème des ouvriers de chantiers et des candidats admis au concours de recrutement à la mine des phosphates de Meknassi en plus de la régularisation de la situation de certains jeunes diplômés de l’enseignement supérieur en chômage depuis une dizaine d’année.
Des altercations ont eu lieu mercredi soir entre des jeunes de la région et des forces sécuritaires. Des jeunes ont mis le feu à des pneus et ont barré les routes obligeant ainsi les forces sécuritaires à intervenir en faisant recours aux gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Dans le Rif, une fronde persistante qui se radicalise politiquement

                                La tension reste toujours vive dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, où le ton des manifestations contre '"'la hogra'' et le ''Makhzen'', sept mois après la mort dans d’atroces conditions d’un poissonnier se radicalise prenant parfois des contours ''indépendantistes''.

Réponse à Slim Othmani (I) - Le Partenariat public-privé et le risque de prédation en Algérie

    L’article de Slim Othmani sur les «6 Syndromes Phobiques de l’Economie Algérienne» a inspiré au chroniqueur Abed Charef des réflexions en 4 parties dont nous commençons la publication aujourd’hui. Le premier article porte sur l'interdiction de fait du partenariat public-privé (PPP) qui constitue bien un handicap pour les entreprises algériennes. Mais, estime-il, l’introduire en l’état actuel des choses contient un...

Maroc: Le gouvernement El Othmani à l'épreuve des revendications syndicales

       Le vote de confiance des deux chambres du Parlement est déjà acquis au nouveau chef de Gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani. Il lui reste l'épreuve des centrales syndicales qui ont ferraillé dur contre l’ex-gouvernement pour rétablir le dialogue social.