Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 29 Mars 2017

Tunisie : L’IVD demande à la Cour des comptes un audit sur la gestion financière de ses comptes pour l’exercice 2015

L’Instance ” Vérité et Dignité ” (IVD) a demandé mardi de la Cour des comptes un audit sur la gestion financière de ses comptes pour l’exercice 2015.
Cette initiative intervient à la suite de la programmation par le bureau de l’Assemblée des représentants du peuple d’une plénière fixée pour le 17 janvier 2017, aux fins d’examiner une demande déposée par un groupe de députés autour de la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur une suspicion de corruption administrative et financière au sein de l’Instance ” Vérité et Dignité “.
” La Cour des Comptes est la seule autorité habilitée à contrôler l’Instance ” Vérité et Dignité ” et les parties qui parlaient de suspicion de corruption au sein de l’IVD ne sont pas compétentes pour demander des comptes à l’Instance, a tenu à préciser Sihem Ben Sedrine à l’Agence TAP.
En vertu de l’article 64 de la loi organique relative à l’instauration de la justice transitionnelle et de son organisation, ” l’Instance désigne un commissaire aux comptes pour un mandat de deux ans non renouvelable, choisi parmi les experts comptables inscrits à l’ordre des experts comptables de la Tunisie “.
Selon Ben Sedrine, une demande officielle a été adressée à la Cour des comptes à cet effet.
” Cette initiative vise à consacrer le principe de transparence dans la gestion des comptes de l’Instance “, a-t-elle ajouté.
Reçue, aujourd’hui, par le commissaire général du gouvernement et du président de la Cour des comptes par intérim, Ben Sedrine a également dit avoir demandé l’intégration du dossier de l’IVD dans le calendrier annuel de cette juridiction administrative de contrôle des comptes publiques.
Cette demande, a-t-elle indiqué, a trouvé un écho des plus favorables auprès de ses interlocuteurs qui ont promis de prendre en considération cette demande. ”
D’après Sihem Ben Sedrine, la courte durée du mandat de l’IVD qui devrait arriver à expiration d’ici la fin de l’année 2018, a poussé les membres de l’Instance à déposer une demande d’audit de ses comptes, l’objectif étant de ” consacrer le principe de transparence et de prouver que l’Instance est une structure indépendante et respecte la loi “.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 22.3.2017 : Sonatrach, la preuve du vide ou de la folie ? Zetchi, ou comment gâcher une bonne candidature à la FAF

Vidéos

Algérie - "L'appel d'offres de 4GW en solaire est un échec annoncé " selon Mourad Louadah (FCE)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-"Il faut continuer à augmenter les prix de l’énergie, mais de façon graduelle"- Pr. Chitour (audio)

Le Pr Chitour appelle à la mise en place d’« un bouquet énergétique incluant le solaire, l’éolien, le géothermique mais le gisement le plus important restera celui de l’économie d’énergie ».

Algérie : Dans l’industrie automobile naissante, la transparence de l’actionnariat est aussi en question

Le développement d’une industrie de montage automobile dans notre pays ne soulève pas seulement un problème technique de « taux d’intégration ». Il renvoie aussi à un enjeu relativement méconnu et encore peu médiatisé : celui de la nature de l’actionnariat des nouvelles entreprises créées au cours des dernières années et donc de l’identité exacte  de leurs propriétaires. Une question pas forcement très...

Hydrocarbures- L’abandon de la loi Khelil a entrainé la fuite des investisseurs (Benachenhou)

Pour l’ancien ministre des Fiances, depuis 2002,  l’Algérie collectionne les contradictions qui font fuir les investisseurs.  Et il défend la loi Khelil sur les hydrocarbures qui n’était pas mauvaise, selon lui.