Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 29 Juin 2017

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

Les membres du groupe parlementaire du parti du Front de libération nationale (FLN) au Conseil de la nation ont exprimé jeudi leur soutien au plan d'action du gouvernement présenté mercredi par le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune.
Dans un communiqué signé par le président du groupe parlementaire FLN, Mohamed Zoubiri, les sénateurs FLN ont apporté leur soutien au plan d'action du gouvernement dans ses axes économique, politique, social et culturel car "répondant aux préoccupations majeurs du peuple algérien en vue de l'édification d'un Etat fort aux plans économique et sécuritaire, un Etat de Droit et de libertés, ce qui est conforme aux orientations et à la vision du parti".
Les membres du groupe parlementaire se sont "félicités" des mesures et mécanismes proposés sur orientation du président de la République en vue de "ne pas recourir à l'endettement extérieur pour protéger la souveraineté nationale et l'indépendance de l'économie nationale, ainsi qu'à préserver les acquis sociaux, à œuvrer pour la mise en place d'une politique sociale rationnelle basée sur l'orientation du soutien et des aides de l'Etat vers les catégories vulnérables, à réduire les importations et à rationaliser les dépenses publiques".
Les sénateurs FLN ont également exprimé leur soutien aux "approches économiques claires développées dans le plan d'action et axées sur l'encouragement de l'investissement, la mise en place d'un modèle économique alternatif à la rente pétrolière" réaffirmant leur appui "inconditionnel au président de la République dans toutes ses démarches en faveur du renforcement de l'Etat de droit et de la justice sociale et la consolidation de l'édifice institutionnel".

APS

 

La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie, Michaëlle Jean a réaffirmé mercredi l’engagement de l’Organisation à accompagner la Tunisie en matière d’intégration politique, économique et sociale des jeunes.
Il s’agit, selon elle, « de renforcer l’engagement civique et citoyen comme moyen d’insertion, de favoriser la création d’espaces de débat et de dialogue dans la sphère publique et universitaire ainsi que dans les réseaux sociaux ».
« La Tunisie peut compter sur les échanges constructifs d'expériences et d'expertises offerts par les réseaux institutionnels de l’OIT », a-t-elle dit lors d’une conférence qu’elle a donnée à Tunis, sur le thème « la francophonie, force d’actions, de propositions et de rassemblement face aux urgences du monde », dans le cadre des rendez-vous d’Amilcar organisés par l’ITES.
Sur un total de 16, la Tunisie est déjà membre de 12 réseaux, a ajouté Jean qui se trouve actuellement en visite officielle en Tunisie du 28 juin au 1er juillet 2017.
D’après elle, « la Tunisie peut également compter sur l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), qui réunit 83 parlements membres, associés et observateurs, dont le parlement tunisienne ».
« La Tunisie peut aussi s’appuyer sur l'expertise de l'Association internationale des maires francophones (AIMF) en matière de décentralisation, a-t-elle souligné.
Selon elle, l’AIMF est composée d'un réseau de 283 membres dont 9 en Tunisie.
« L’OIF est en outre prête à accompagner les efforts du gouvernement tunisien en matière de consécration de l’égalité femme-homme et des droits des femmes, notamment en matière de lutte contre les violences faites aux femmes et d’autonomisation économique des femmes, » a-t-elle indiqué.

TAP

Le ministre de l’Energie, des Mines et du développement durable, Aziz Rebbah a fait part, jeudi à Paris, de la disposition du Maroc à créer avec l’Agence internationale de l’Energie (AIE) un centre d’excellence sur l’efficacité énergétique en faveur des pays en développement notamment africains.
M. Rebbah s’exprimait lors d’une conférence internationale organisée par l’AIE sur l’efficacité énergétique.

MAP

Une nouvelle étude du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), citée par l'ONU dans un communiqué publié mercredi, montre que les investissements en faveur de la santé et de la survie des enfants les plus démunis s'avèrent plus rentables.
Intitulée "Réduire les écarts", l'étude du Fonds indique que le nombre de vies sauvées par million de dollars investi auprès des plus pauvres est près de deux fois supérieur au nombre de vies sauvées par des investissements équivalents ciblant des groupes de population moins défavorisés.
"La preuve est convaincante: investir dans les enfants les plus pauvres n'est pas seulement juste en principe, il est également juste dans la pratique - permettant de sauver plus de vies pour chaque dollar dépensé", a déclaré mercredi le Directeur exécutif de l'UNICEF, Anthony Lake.
L'étude vient confirmer une hypothèse faite par l'UNICEF en 2010: malgré leur coût initial plus élevé, les dépenses supplémentaires effectuées en faveur des enfants les plus pauvres seraient compensées par de meilleurs résultats.
"Ce sont des nouvelles importantes pour les gouvernements qui œuvrent à mettre fin à tous les décès d'enfants", a déclaré M. Lake, soulignant qu'une approche axée sur la réduction des inégalités en matière de survie des enfants peut également aider à rompre le cycle intergénérationnel de la pauvreté. Lorsque des enfants sont en bonne santé, ils sont plus aptes à apprendre à l'école et à mieux gagner leur vie une fois adultes.
L'étude qui couvre une période allant de 2003 à 2016 a analysé de nouvelles données en provenance de 51 pays où environ 80% de tous les décès de nouveau-nés et des moins de cinq ans se produisent. Elle a évalué l'accès à six interventions de santé maternelle, néonatale et infantile à fort impact: l'utilisation de moustiquaires imprégnées d'insecticide, l'initiation précoce de l'allaitement maternel, les soins prénatals, la vaccination complète, la présence d'un accoucheur qualifié pendant l'accouchement et la recherche de soins pour les enfants souffrant de diarrhée, de fièvre ou de pneumonie.
Les résultats de l'étude montre que l'accès des populations les plus démunies aux interventions à fort impact sur la santé et la nutrition s'est amélioré rapidement au cours des dernières années, permettant ainsi la réalisation de nettes avancées en matière d'équité.

Xinhua

Mohamed Loukal, gouverneur de la Banque d'Algérie

Les réserves de change de l`Algérie sont de l'ordre de 108 milliards de dollars actuellement, a indiqué jeudi à l'APS le gouverneur de la Banque d`Algérie, Mohamed Loukal, en marge du Meeting africain sur l'économétrie qui se tient du 29 juin au 1er juillet à Alger.

La haute commission chargée du suivi de la mise en œuvre des résultats du dialogue national inclusif, organisé pendant 3 semaines en octobre 2016 et sanctionné par la signature d’un accord fondamental, fixant les contours de la période de transition, s’est réunie mercredi à Nouakchott,
Présidée par le ministre secrétaire général de la Présidence de la République, M. Seyidna Ali Ould Mohamed Khouna, la commission est composée de 12 membres, dont 6 de la majorité et 6 de l'opposition.
La rencontre du jour a été axée sur l’évaluation de l’état d’avancement des dossiers abordés par ledit dialogue, en vue de concevoir une vision unifiée sur le suivi de la mise en œuvre des conclusions de ces concertations, suivant une approche consensuelle entre les deux parties.

AMI

Une cérémonie de remise des prix du concours “Africa Design Award 2017″ a été organisée, mercredi soir à Rabat, à l’initiative d'”Africa Design Days et Award”, une plateforme internationale de mise en valeur du design et de l’innovation africaine, en présence de grandes personnalités africaines et internationales.
Ainsi le “First Prize” a été décerné à Scrimgeour Hazel, représentant le Royaume-Uni primé pour une application mobile alors que le prix “Product Design” a été attribué à Mehdi Riah, représentant le Maroc, récompensé pour son œuvre NOOR.

MAP

L'armée irakienne annonce s'est emparée jeudi du site de la grande mosquée Al Nouri, dans la vieille ville de Mossoul, là-même où le chef du groupe djihadiste Etat islamique, Abou Bakr al Baghdadi, avait proclamé un califat en 2014.
La mosquée Al Nouri, avec son minaret incliné, a été détruite à l'explosif par l'Etat islamique voici une huitaine de jours, et le Premier ministre irakien, Haïdar al Abadi, y avait vu le signe que l'EI reconnaissait officiellement sa défaite.
L'EI ne contrôle plus qu'une portion de la vieille ville de Mossoul, qui était sa "capitale" en Irak, et la prise de la mosquée Al Nouri est une victoire symbolique de taille pour l'armée irakienne.

Reuters

Le workshop "Enjeux et priorités de la recherche en santé" s'est ouvert mercredi en fin de journée à Oran, lançant le débat avec des spécialistes de différents horizons pour mieux cerner les enjeux de la recherche et dresser les priorités à court, moyen et long terme.
"La recherche en sciences de la santé doit répondre à une problématique et à des priorités de la santé des populations", a souligné le directeur général de l’Agence thématique de la recherche en santé (ATRSS), organisatrice de l’événement, ajoutant que des résultats doivent servir à la compréhension des phénomènes inhérents à celle-ci et l’amélioration du système de la santé.
Plusieurs départements ministériels (santé, enseignement supérieur et recherche scientifique notamment), des institutions nationales ainsi que des spécialistes et experts nationaux et expatriés, prennent part à ce workshop organisé par les 28 et 29 juin en cours.
La tenue de ce workshop intervient après la promulgation de la nouvelle loi d’orientation sur la recherche de 2015, a noté Nabil Aouffen, affirmant que le workshop constitue la concrétisation de l’engagement de l’ATRSS de revoir sa feuille de route pour être en conformité avec cette dernière.
A l’issue de ce workshop, les participants seront en mesure de formuler des orientations, sur lesquelles s’appuieront les projets de recherches, les rencontres scientifiques ou actions de formation à la recherche scientifique, a relevé le directeur général de l’ATRSS.
Plusieurs thématiques seront débattues au cours de ce workshop, en l’occurrence celles "Les projets de recherche en santé: stratégie nationale et perspectives" animée par le directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique, Hafid Aourag, "réflexion sur la place d’une agence de recherche, pour la santé", par l’ex ministre de la Santé, Mentouri Chentouf, "Quelques leçons d’un parcours en santé publique", par l’ex ministre de la Santé, Hamid Aberkane.
D’autres thématiques seront, par ailleurs, abordées lors de ce workshop, entre autres, "L’évaluation de la recherche en santé, la recherche clinique: aspects méthodologiques, réglementaires et éthiques", "25 ans de recherches en socio-anthropologie de la santé: enseignements et perspectives", "Les comptes nationaux de la santé et financement de la recherche".

APS

 

Emmanuel Macron a pris contact mercredi avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika pour lui soumettre des propositions "concrètes" visant à relancer le processus de paix au Mali, a-t-on indiqué jeudi dans l'entourage du président.
"Pour remobiliser tout le monde autour de cet accord, le président de la République a commencé en se concertant avec le président algérien qu'il a contacté hier pour lui soumettre quelques propositions concrètes et échanger sa vision sur la possibilité de relancer cet accord de paix", a-t-on indiqué.
"L'Algérie est le parrain de cet accord et reste sur place localement le pays qui assure la conduite des réunions du comité de suivi, donc il est logique que l'Algérie soit consultée en amont de toute initiative pour relancer cet accord", a-t-on ajouté.
La question de la situation sécuritaire au Mali et des négociations de paix seront l'un des sujets discutés au sommet du G5 Sahel qui se tient dimanche à Bamako, au Mali, en présence d'Emmanuel Macron.
Conclu en mai et juin 2015 entre le gouvernement malien, des mouvements armés et la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), l'accord d'Alger prévoit entre autres la mise en place d'autorités intérimaires dans le Nord, de patrouilles mixtes et l'application du programme de désarmement des ex-rebelles.
Deux ans plus tard, la mise en oeuvre du processus de paix patine et la situation sécuritaire se dégrade, suscitant l'inquiétude des pays de la région, des Nations unies et de l'Union européenne.

Reuters

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"La prochaine loi de travail ne protégera pas les travailleurs mais le patronat"

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Le CPP quasi-bienveillant avec Tebboune, féroce sur le coup de palais saoudien

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 121,9 milliards en septembre 2016, les réserves de change à 108 milliards de dollars

Les réserves de change de l`Algérie sont de l'ordre de 108 milliards de dollars actuellement, a indiqué jeudi à l'APS le gouverneur de la Banque d`Algérie, Mohamed Loukal, en marge du Meeting africain sur l'économétrie qui se tient du 29 juin au 1er juillet à Alger.

L'Onu et RSF dénoncent le "chantage" du Golfe contre Al-Jazeera

Le rapporteur des Nations unies sur la liberté d'expression et l'organisation Reporters sans frontières (RSF) ont tous deux critiqué mercredi les pays arabes qui cherchent à obtenir la fermeture de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera.

Tunisie: Gel des comptes bancaires et des biens de l’homme d’affaire et président de l’UPL Slim Riahi

  Le juge d’instruction près le pôle judiciaire économique et financier a émis mercredi une décision de gel des comptes bancaires, des actions et des biens de l’homme d’affaire et président de l’Union patriotique libre (UPL), Slim Riahi.